Sérigne Saliou Mbaye / « Ndiariniou Rewmi » : « Nous ne voulons nous ranger derrière aucun parti politique. Notre souci, le développement de la Nation »

Sérigne Saliou Mbaye / Ndiariniou Rewmi...

0

Pour le développement de la Nation, Ndiariniou Rewmi emprunte la voie sociale. Face à la presse nationale, hier à dakar, le président redéfinit les objectifs du mouvement, égratigne aux politiciens « qui ne pense qu’à leurs propres intérêts ».

Il s’agit d’un mouvement qui verse dans le social. Ndiariniou Réwmi ou le mouvement pour le développement de la Nation se donne comme mission « de soutenir les chefs de familles démunis, les jeunes en quête d’emplois ». Aussi, « nous avons constaté qu’il y a souvent d’honnêtes citoyens qui sont dans le besoins et qui ne peuvent pas demander de soutien. Nous essayons de les identifier pour les assister. Nous avons pendant longtemps œuvré dans l’ombre », a dit le président du mouvement Ndiariniou Rewmi.

Aujourd’hui, ajoute Sérigne Saliou Mbaye, il s’agit de « faire connaître le mouvement. Nous montrer à ceux qui se soucient également du développement de la Nation et du bien-être des populations et qui ne pensent pas qu’à leurs propres intérêts. En cette veille des élections législatives, des politiciens nous ont demandés de les accompagner pendant les législatives. Mais, nous avons refusé. Parce que tout simplement, nous avons constaté qu’ils ne nous sollicitent qu’à la veille des élections. Après les élections, ils ne nous parlent plus.  Ce qui veut dire qu’ils ne se soucient que de leurs propres intérêts. Alors que notre préoccupation reste le développement de la Nation et le bien-être des populations. Nous ne voulons nous ranger derrière aucun parti politique. Nous sommes, d’ailleurs, apolitiques »

Le mouvement pour le développement de la Nation fait des œuvres sociales depuis trois ans. Et, il trouve ses propres financements pour subvenir aux besoins des nécessiteux. « Nous travaillons et participons aux financements de nos activités. Tous les responsables qui sont dans le mouvement cotisent. Nous avons formé des jeunes chauffeurs à qui nous donnons des véhicules et qui sont très reconnaissants envers nous. Ils participent à la caisse du mouvement ».

Ensuite, « nous avons d’autres moyens qui nous permettent d’avoir des ressources financières. Nous ne saurons révéler ces autres moyens. Lesquels nous permettent de soutenir, en revanche, les populations démunies. A cela s’ajoute la vente des cartes des membres. Cette année, nous avons déjà vendus 3 milles cartes. Et la demande est encore très importante. Car, beaucoup de gens veulent être membre du mouvement. En France également plus de 2 milles cartes sont déjà écouler. Parce que la situation qui prévaut dans la diaspora aussi nous préoccupe. »

Laisser un commentaire