Sénégal: Pierre Goudiaby Atépa est en guerre contre les commanditaires de la coupe de bois en Casamance

    Sénégal: Pierre Goudiaby Atépa

    L’architecte et président du collectif des cadres casamançais est vent debout. Révolté par le lâche assassinat des 14 tués de la forêt des Bayottes, Pierre Goudiaby Atépa, qui a décidé de dénoncer les mafieux qui commanditent les coupes de bois dans les forêts de la Casamance, s’est vu accusé d’être un potentiel « plénipotentiaire des tueurs. » Entretien exclusif avec le président des cadres casamançais sur ce qu’il sait du drame de la forêt des Bayottes.

    Il comptait dénoncer des pratiques mafieuses, d’acteurs peu scrupuleux, à l’origine de la décimation des forêts casamançaises. Le voila, désormais et cela malgré la noblesse de son acte civique, au cœur d’une tempête médiatique dans laquelle, « des personnes en recherche de publicité gratuite », cherchent à lui faire jouer le mauvais rôle : celui de l’homme qui en sait trop. Qui, à défaut d’être coupable, ne peut être que «le plénipotentiaire des assassins » des 14 tués de la forêt des Bayottes.

    Pierre Goudiaby Atépa est un homme blessé, meurtri. D’abord endeuillé par l’exécution de « ses 14 frères » dans la forêt des Bayottes, il est, aujourd’hui, outré par les insidieuses insinuations de « connivence » avec le diable. De mal-inspirés amateurs de scoops veulent lui trouver des familiarités avec les meurtriers de ces actes si odieux que même le diable a refusé d’endosser la paternité.  Il était en guerre contre les commanditaires des coupes de bois dans les forêts casamançaises, désormais il se prépare à batailler ferme, devant les tribunaux, avec « ces assoiffés de visibilité » qui ont tenté de jeter l’opprobre sur sa personne.

    Dans sa ligne de mire, il y a le Grand Serigne de Dakar, Abdoulaye Makhtar Diop, l’ancien ministre de la jeunesse d’Abdou Diouf et 7 eme Vice-président de l’Assemblée nationale. Un homme, d’apparence, élégant et qui a, pourtant, manqué d’élégance du verbe à l’endroit de ce facilitateur qui a tout donné pour la paix en Casamance. Sans jamais rien attendre d’autre que le silence des armes dans sa Casamance. Abdoulaye Makhtar Diop est un homme policé, il remplie toutes les conditions, civiques, pour se prévaloir du titre « d’homme responsable. » Et pourtant, c’est cet homme-là qui, dans une de ses dernières sorties médiatiques, s’est demandé « si le président des cadres casamançais ne serait pas l’un des plénipotentiaires des tueurs. »

    Pour ce raccourci hasardeux, Pierre Goudiaby Atépa est décidé à le faire défiler à la barre du tribunal correctionnel de Dakar. « J’ai saisi mes avocats, a réitéré l’architecte, il va en répondre devant la loi. » Et, il n’y a pas que le Grand Serigne de Dakar, qui -au cours de ces 10 jours de deuil- a irrité Pierre Goudiaby Atépa. Les journalistes aussi l’ont énervé, en détournant, sciemment, ses propos.

    « J’ai dit que je connaissais les noms des commanditaires qui envoient les jeunes couper le bois dans les forêts casamançaises« , a répété l’architecte devant les caméras de Kewoulo. Mais, malgré la clarté de ses propos mille fois répétés devant des caméras, les journalistes ont écrit que « Pierre Goudiaby a demandé à être entendu par le procureur de la République, pour donner les noms des tueurs de la forêt des Bayottes. »

    Et, alors que l’éternelle pomme de discorde n’a encore rien perdu de son aigreur, les journalistes ont remis ça, hier. Cette fois-ci, ils ont titré : « Pierre Goudiaby Atépa, entendu par la Section de Recherches, a livré les noms d’un Sénégalais et d’un Suisse activement recherchés. » Pourtant, l’homme qui a accordé cet entretien exclusif à Kewoulo est formel. « Je n’ai jamais été auditionné par la Section de recherches de la gendarmerie, c’est moi-même qui ai appelé un responsable de la gendarmerie pour lui livrer des noms« , a assumé Pierre Goudiaby Atépa.

    Et comme tout « citoyen casamançais jusqu’à l’os, sénégalais jusqu’à la moelle« , il attend que les autorités judiciaires fassent leur travail : qu’elles traquent « ces génocidaires des forêts casamançaises » et interdisent la coupe de bois, en Casamance. Ensuite, il voudrait que « l’Etat du Sénégal s’attaque aux véritables raisons de la frustration des révoltés de la Casamance », pour ne pas dire des rebelles.

    Le manque de projets de développement, comme la justice sélective sinon le déni de justice sont, pour de nombreux Casamançais, les terreaux fertiles de ce sentiment de non appartenance à la communauté nationale. « Si on veut en finir avec cette crise, l’Etat doit prendre ses responsabilités et tenir ses engagements envers la Casamance« , a martelé le président du collectif des cadres Casamançais.

     

    Laisser un commentaire