Sédhiou : Faute d’acte d’état civil pour passer le CFEE,1000 candidats risquent d’être exclus

Le comité départemental pour la protection de l’enfant (Cdpe) de Sédhiou a du pain sur la planche. En effet, ce sont plus de mille élèves en classe de CM2 qui sont sans pièce d’état civil dans le seul département de Sédhiou.

Mais les autorités ne dorment pas sur leurs lauriers. Depuis 2019, une requête a été déposée auprès de l’Unicef pour un financement dans l’optique d’organiser des audiences foraines. Mais la pandémie de la Covid-19 a bloqué cette initiative du Cdpe. L’option de permettre aux potaches de faire l’examen sous réserve semble être la solution du moment.
 
Pour une solution pérenne, Amnesty Sénégal a initié un séminaire de formation des chefs de village à la gestion et à la maîtrise de l’état-civil dans leurs différentes localités. « Ayant un rôle important dans la gestion de l’état-civil en tant que représentants de l’Etat à la base, les chefs de village ne sont pas suffisamment informés et sensibilisés sur leurs rôles », a constaté Seydi Gassama.
 
Pour amener les parents à déclarer les enfants à la naissance, un cahier de village a été offert par le directeur de l’état-civil au ministère des Collectivités territoriales pour promouvoir l’état-civil dans le département et partant dans la région.
 
Mais l’autorité préfectorale voudrait plus d’informations sur les raisons qui poussent les parents à ne pas déclarer leurs enfants à la naissance. « Les chefs de village qui sont proches de ses populations doivent nous dire là où le bât blesse parce que ce qui manque ce ne sont pas les activités de sensibilisation, ou de stratégies avancées sur l’importance de l’état-civil dans le département», informe le chef de l’exécutif départemental.
 
Aussi, de larges concertations sont ouvertes avec les chefs de village pour identifier les contraintes et apporter les solutions idoines, a annoncé madame le préfet.

Laisser un commentaire