Portrait: Waterflow, itinéraire d’un prométhée de l’érudition happé par le Hip Hop

Portrait: Waterflow, itinéraire d'un prométhée

Waterflow. L’écoulement de l’eau. Comme le ruissellement du liquide précieux sur une pente abrupte, son flow musical coule de source à la conquête de prairies plus accueillantes où l’inspiration et l’épanouissement sont permis. Comme une prémonition à ce qui deviendra son destin, -en choisissant ce nom d’artiste- le gamin de Diacksao, dans la lointaine banlieue de Dakar, a très tôt forgé son destin. De la capitale sénégalaise à Washington DC, Pape Moussa Lo a tracé son sillon. Portrait, sans concession, d’un surdoué du hip hop que les parents voulaient érudit de l’islam.

 

1997, une année charnière pour l’Education nationale avec sa longue période de contestations syndicales. Mais aussi, l’une des plus belles années où le Hip Hop, incarné par le Positive Black Saoul et le Daara-J, arrachait les jeunes des rangs de l’école. C’est en cette année cruciale-là que les deux gamins de la lointaine banlieue de Dakar vont décider de lier leur destin. Comme ces stars américaines qui crèvent l’écran, ils veulent devenir les nouvelles icônes du Hip Hop. Elèves au lycée Lamine Guèye de Dakar, Pape Moussa Lo et Eyewitness, deux étudiants en arts visuels, vont engager un tournant radical dans leur vie future.

Après un premier exposé de leurs œuvres d’art à l’IFAN de Dakar, les deux apprentis dessinateurs vont se découvrir un gout prononcé pour la musique. « Ils avaient du talent et le Rap était à leur portée« , a témoigné un pionnier du rap-Galsen.  D’abord fan du Pee-Froiss, du PBS et du Daara-J, c’est auprès du BMG 44 que le gamin de Diacksao va apprendre à rapper, en écoutant les répétions de ces premiers représentants du Hip Hop dans la banlieue dakaroise. Mais, avant d’avoir un micro en main, il a été « le petit frère« , la petite main des grands de la rue Telly Diallo, à Thiaroye. C’est dans ce studio-là que va disparaitre Pape Moussa Lo. C’est là que, comme Moïse après avoir fendu la mer avec sa canne, va naitre Waterflow.

Un choc pour la famille. Un affront inacceptable pour cette lignée d’érudits de l’islam dont les ancêtres ont formé des générations de marabouts. Mais, comme une vague suivant un sillon déjà tracé, le Prométhée du Rap a tenu tête. « C’étaient des moments très difficiles pour lui. » En plus de la désapprobation totale de sa famille, Waterflow a du affronter le manque de moyens matériels dans lequel vivait, presque, toute la population du quartier Tène-Bi de Diacsao. « Qu’à cela ne tienne, je quittais mon quartier, traversais tout Diamaguène, puis Thiaroye pour me retrouver à Telly Diallo« , confie-t-il aujourd’hui, un brin de malice dans les yeux.

Ce que la famille prenait pour une rébellion d’adolescent va prendre un tournant crucial lorsqu’en 2003, bien après l’apparition des boutons d’acnés, le visage lisse du petit Moussa va cédé la place à la voix martiale de Waterflow dans l’album Wagëblë Rap New Génération. Produit par des Norvégiens, la compilation Yes va frapper les esprits grâce à des sons hard inspirés par la violence qui régnait dans leur milieu social.

 C’est dans un studio commercial où les artistes venaient payer pour enregistrer que les gamins de Thiaroye vont faire face à des professionnels. Comme «les nouveaux représentants de la banlieue» n’avaient pas de moyens, ils sont allés voir le manager et lui ont fait une proposition très archaïque.  Un troc mémorable qui fait rire, aux larmes, l’une des têtes pensantes du binôme Wagëblë.

« Nous lui avons proposé de lui décorer son studio avec nos tableaux d’art, lui refaire le look de son bureau, en contrepartie, il devait nous produire« , a confié Waterflow confortablement installé au bar d’un grand hôtel de Washington DC, mesurant, avec modestie, le long chemin fait depuis ses premiers pas dans le Hip Hop. «  On avait pas de moyens, mais on croyait à ce qu’on faisait. Dans ce cas rien ne pouvait nous faire changer d’avis. Et, malgré que nous soyions de bons élèves, le rap a pris le dessus sur nos études« .

Dans ce milieu où il y a énormément d’appelés et peu d’élus, frayer son chemin et vivre du rap paraissait une chimère. Mais, têtu le gamin a tenu tête aux diatribes de la famille, multipliant les podiums et les collaborations à travers tout le Sénégal.

En 2005, alors qu’on pensait que sa folie allait s’estomper, nait l’album Sénégal. Comme un signe du destin, il est élu meilleur album de l’année. Et, avec lui, s’ouvrent les portes du monde. Les tournées comme les titres se succèdent. Du poussiéreux quartier de Thiaroye, il se découvre à marcher sur les Champs Elysées.

A Genève, Oslo comme à Paris ou Washington DC, l’enfant de Diacsao fait vibrer les foules et représente dignement le rap Galsen. Il redevient la fierté de sa famille. Et des laissées-pour-compte de Thiaroye. One People, une organisation internationale les remarque avec son binôme et se les attache. C’est à cette période-là que 3 albums  comme Message Of Hope vont naitre. Comme un écoulement dans un nouveau lit, Waterflow a posé ses valises.

A Washington, où il vit désormais, il a les yeux et les oreilles braqués sur le Sénégal et travaille toujours les sons. Loin de sa banlieue, son flow continue d’inspirer les nouvelles générations qui se demandent ce que sont devenus Mister Waterflow et le Wagëblë.

Laisser un commentaire