Partenariat MESR-Cnam au Sénégal : Vers la résolution des problèmes d’orientation des nouveaux bacheliers

Partenariat MESR-Cnam au Sénégal

1

 Le ministère de l’enseignement supérieur du Sénégal et le Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris ont procédé à la signature d’un accord de partenariat dans le cadre de la formation des étudiants sénégalais. Les deux partenaires envisagent de commencer par la formation des formateurs.

En l’absence de M. Mari Tew Niane, le ministre de l’enseignement supérieur,-qui est hors du territoire national- c’est le secrétaire général du ministère, M. Malick Sow, qui a reçu la délégation française dans les locaux du ministère et procédé à la finalisation des termes de l’entente qui scelle l’entrée des formateurs français dans le système de l’enseignement au Sénégal. 

Conséquence directe de la dernière visite d’Etat du président Macky Sall, en décembre dernier en France,  le CNAM qui avait décerné le titre de Docteur Honoris Causas au chef de l’Etat sénégalais avait promis de démocratiser son savoir faire vers le Sénégal pour accompagner les étudiants et professionnels à continuer à se former dans tous les domaines.

C’est ce voeu qui a été magnifié, ce jeudi, avec la symbolique signature avec le ministère; une procédure qui permet le paraphe d’accords avec l’Université Cheikh Anta Diop comme avec l’Université virtuelle du Sénégal, le centre Trainmar et le ministère des Postes et des Télécommunications.

Acteur clé dans la formation continue en France, le Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) est l’un des établissements d’enseignement supérieur dédié à la formation professionnelle supérieure. « Il s’appuie sur la compétence d’enseignants issus tant du domaine académique que professionnel et économique. », a déclaré son patron, Olivier Faron.

A en croire les officiels français, « l’objectif de ce partenariat signé avec l’Etat du Sénégal, est de permettre à chacun d’avoir les moyens de se former, à tout moment de sa vie professionnelle. » « Puisque, selon l’administrateur, Olivier Faron, la formation est accessible en cours du jour et en cours du soir ».

Disponible dans quelques pays africains, la formation du CNAM permettra au gouvernement du Sénégal de «bien juguler la question de la prise en charge des nouveaux bacheliers».

Ainsi donc, «le centre va former des formateurs. Ces enseignants, à leur tour, pourront former nos jeunes détenteurs du premier diplôme de l’enseignement supérieur, le Bac. On les permettra d’avoir une qualification, un métier. C’est l’objet de notre rencontre», a expliqué le secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur et de l’enseignement scientifique.

Pour sa part, M. Malick Sow a annoncé que le Cnam va, dans la foulée, signer un accord avec l’université Cheikh Anta Diop. Aussi, une convention d’application avec l’école doctorale des sciences juridiques politiques économique et de gestion à l’UCAD est attendue. «C’est pour élargir l’offre de la formation déjà dispensée à l’école Supérieur polytechnique (ESP)», a-t-il précisé.

 

 

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire