Ousmane Sonko : « Macky Sall est la marionnette de groupes que nous connaissons très bien»

Ousmane Sonko : "Macky Sall est la marionnette

Le président de Pastef, Ousmane Sonko, n’a pas du tout été tendre avec les professionnels de la politique, samedi 13 mai, à Saint-Denis, lors de la conférence-dédicaces de son livre, Pétrole et Gaz au Sénégal : chronique d’une spoliation, édité chez Fauves Editions. Extrait de son discours.

Certains ici, peut-être, mais beaucoup au Sénégal ont porté beaucoup d’espoir sur Macky Sall. J’avoue que ça n’a jamais été mon cas. Nous Sénégalais sommes particulièrement légers quand il s’agit de choisir. Si les Sénégalais s’étaient un peu évertués à analyser le profil de l’homme et son parcours, (j’ai tendance à dire que l’homme politique, c’est un discours et c’est un parcours également), [ils ne l’auraient pas élu], ici on a tendance à se focaliser sur des discours.

Un homme politique qui a été vomi par rapport à ses agissements, par rapport à son comportement quand il a été en position de pouvoir peut être réhabilité deux ans, cinq ans, dix ans plus tard, simplement parce que celui qui est là, il faut le faire partir immédiatement. Et après, on fait abstraction de tout. On oublie les torts que cet homme (ou ces hommes globalement) a eu à faire subir au peuple sénégalais. Ce qui fait que nous choisissons assez légèrement.
Si on avait bien analysé le profil de Macky Sall, qui n’est rien d’autre que le produit d’un système, nous disons qu’au Sénégal nous n’avons pas de problème d’hommes, nous n’avons pas besoin d’hommes providentiels, de martyres ou de téméraires, nous avons besoin de créer une dynamique qui sera portée par une équipe, qui sera construite autour d’un projet qualitatif. C’est ce qui manque à ce pays et c’est ce qui fait qu’on reporte des espoirs sur des hommes sans faire une analyse systémique. Le système tel qu’il fonctionne, tel qu’il est conçu, vous mettrez un prophète à la tête de ce système, qu’il coulerait avec lui.

C’est le système qui pose problème. Et, à mon humble avis, il transcende la personne de Macky Sall, qui en réalité n’est que la marionnette de groupes que nous connaissons très bien. Il transcende la personne de la coalition qui gouverne, il transcende le clivage factice qu’on nous présente souvent entre une certaine opposition traditionnelle et une coalition au pouvoir puisque tous ces gens-là, d’une manière ou d’une autre, à un moment précis de l’histoire, ont pu se retrouver autour d’intérêts crypto-personnels pour gérer le pays.

Procès des professionnels de la politique

Tous, au gré du vent, vous allez voir ceux qui s’étaient retrouvés autour d’Abdoulaye Wade en 2000 pour faire partir Diouf ; c’est exactement les mêmes qui, douze ans plus tard, à l’exception du PS qui est passé du signe plus au signe moins, qui se sont retrouvés pour faire partir Abdoulaye Wade. Et aujourd’hui, on veut nous faire croire qu’il y a un impératif, qu’il faut immédiatement faire une OPA sur l’Assemblée nationale, mettre Macky Sall en minorité. En fait, c’est le discours que les politiciens, extrêmement adroits qui savent saisir les opportunités du moment, nous servent pour rebondir, eh bien il faut que tout le monde laisse de côté les divergences idéologiques, programmatiques et qu’on fasse bloc pour prendre l’Assemblée nationale.

Et on serait dans une dynamique de répéter l’histoire parce que, jusqu’à présent, aucune discussion sérieuse ne s’est tenue autour d’un programme exigeant ; qu’est-ce qu’on ferait de cette Assemblée nationale ? Au même moment d’ailleurs, des discussions souterraines continuent à se tenir pour des retrouvailles de telle ou telle catégorie. Tantôt ce sont des retrouvailles de la famille libérale, tantôt se sont celles de la gauche. C’est ce problème que nous avons au Sénégal. On n’a pas de traçabilité, on ne peut pas dire voilà la ligne d’un homme politique sur dix ans. (…) Au Sénégal, il y a des hommes et des femmes qui ne conçoivent leur vie qu’accolés au pouvoir.

Ils n’ont jamais rien fait par eux-mêmes, ils ne comptent que sur des postures de sinécure pour vivre comme des pachas au détriment du peuple sénégalais.(…) Ils ont été tirés de l’université (…) après une licence pour être reversés à l’ENA, sans passer par un concours, ils sortent immédiatement de l’ENA pour être nommés dans le cabinet de Senghor (…), certains ont été bombardés gouverneurs et toute leur vie, ils n’ont jamais rien fait par eux-mêmes. Et à 80 ans révolus, ils reviennent vendre leurs services à nos hommes politiques pour leur dire : « Vous avez besoin de moi parce que je connais l’Etat. » C’est ça le système auquel nous faisons face et celui qui incarne la direction de ce système actuellement [est] le président Macky Sall.
« un patrimoine qui émeut les « Goorgolou »
Si on l’avait bien ausculté, pour quelqu’un qui en 2001 était locataire avec un salaire qui ne faisait pas trois cents mille, je crois, et qui a été coopté dans les conditions qu’on connaît, huit ans plus tard, a pu nous déclarer un patrimoine qui émeut les « Goorgolou » (…), c’est cet homme-là qui vient promettre une gouvernance sobre et vertueuse, et  se trouve une majorité de nos concitoyens pour y croire. C’est cela qu’il faut combattre si on veut avoir un changement qualitatif dans ce pays. (…)
« Une méthode vulgaire et sale » pour débaucher les hauts fonctionnaires
Cet homme qui a promis cette gouvernance-là est à la tête du Sénégal depuis cinq années. Le Sénégal va très très mal. Sur la question des libertés, nous enregistrons un recul, je ne pense pas qu’on ait même autant reculé en douze ans avec Abdoulaye Wade. L’instrumentalisation de la justice (…) pour s’attaquer à des adversaires politiques ; emprisonner et transformer des contentieux privés en dossiers d’Etat. (…) L’administration n’a jamais été autant politisée au Sénégal. Même les poches qui échappaient à cette politisation, celles qu’on appelait les régies financières des administrations techniques.

Allez voir aux Impôts et Domaines, le Dg est membre de l’APR ; le directeur des Domaines, épinglé par les rapports sur la fameux titre Bertin et qui fait des meetings à Louga à coup de centaines de millions, est membre de l’APR ; le ministre de l’Economie et des Finances, inspecteur des Fiances, est également membre de l’APR ; le chef du centre des grandes entreprises est membre de l’APR ; la liste est très longue et il suffit qu’il y ait un seul inspecteur des Impôts qui soit opposant pour qu’on en fait un cas de lèse-majesté.
La méthode utilisée est vulgaire et sale, c’est-à-dire on cible des hauts fonctionnaires qui ont passé toute leur carrière à se compromettre et à prêter le flanc, on leur envoie l’IGE ou la Cour des comptes, qui produit un rapport, on met le coude sur le rapport et on le convoque pour lui dire : « Il paraît que tu as beaucoup d’argent, vas me chercher une base là où tu habites ou je te mets en prison. » C’est pourquoi tous les hauts fonctionnaires qui sont avec le pouvoir, quasiment tous, je peux le dire ici, sont corrompus ou ont des rapports contre eux. (…)

« L’avis de vérification envoyé à une entreprise qui appartenait à M. et Mme Macky Sall »
(…) J’ai eu à vérifier la situation fiscale de beaucoup de gens qui nous dirigent, j’en sais beaucoup. Le fameux débat qu’il y avait en 2013 sur l’avis de vérification qui avait été envoyé à une entreprise qui appartenait à M. et Mme Macky Sall, c’est moi-même qui avais envoyé cet avis de vérification en court-circuitant mes supérieurs qui refusaient systématiquement qu’on vérifie cette entreprise-là. Donc, j’en sais suffisamment si je voulais faire des révélations. J’ai été chef de la brigade immobilière, je sais qui détient des immeubles à Dakar, on a jamais sorti un secret professionnel, on en fera pas parce qu’on avait prêté serment.

Recueillis par Cheikh Sidou SYLLA

www.infos15.com

Laisser un commentaire