Ousmane Sonko : « il y a eu des violations flagrantes de la législation dans l’attribution des blocs pétroliers »

Ousmane Sonko : "Macky Sall est la marionnette

Texte alternatif de la bannière

Devant quelque deux cents personnes venues assister, samedi 13 mai, à Saint-Denis, à la conférence-dédicaces de son livre-brûlot contre le pouvoir, Pétrole et Gaz au Sénégal : chronique d’une spoliation, Ousmane Sonko, a affirmé que dans l’attribution des blocs pétroliers, il y a eu « des violations flagrantes de la législation notamment le code pétrolier et le code général des impôts ».

Pourquoi ce livre
(…) En 2015, j’ai écrit un article intitulé : « Lettre ouverte au DG des Impôts : réclamez à Aliou Sall et à Pétro-Tim l’argent des Sénégalais ». C’est parti un peu de là. Et puis on a continué dans les débats et chemin faisant, on a commencé à obtenir la documentation, toute la documentation : les contrats, des décrets d’approbation…Et ce que nous avons découvert dépasse largement ce que nous pensions au début. Ce que nous avons découvert, c’est que de bout en bout, cette affaire était cousue de fil blanc.

Qu’il y avait toutes sortes d’infractions allant de la violation flagrante du code pétrolier au délit de fraude fiscale et de blanchiment de fraude fiscale. Mais à chaque fois que nous faisions des sorties sur la question, un ou deux jours plus tard, le gouvernement envoyait des gens pour faire des déclarations, pour allumer des contre-feux et brouiller les Sénégalais. A un moment donné, nous avons considéré que la parole est volatile et dans un débat comme ça, assez technique, (…), il fallait se retirer et présenter aux Sénégalais un document didactique qui allait récapituler, détailler, préciser, argumenter tout ce qu’on a pu dire depuis le début.

C’est pourquoi nous nous sommes donné la peine de faire cet ouvrage. Je crois qu’à partir de maintenant, ce qu’on peut attendre de l’autre camp, et je lance le défi, soit de produire un ouvrage pour démonter ce que je raconte, ou alors d’accepter de venir au débat. Je ne parle pas des petits poissons qu’on envoie, dans l’échelle je dis que ça démarre avec le ministre de l’Energie, je ne parle même pas de l’actuel, mais celui qui était là quand l’essentiel se faisait, notamment M. Aly Ngouille Ndiaye.

Je parle du ministre de l’Economie et des Finances, qui a eu à faire des sorties malheureuses et totalement infondées sur la fiscalité ; je parle du Premier ministre lui-même (…) qui menaçait de poursuites judiciaires toute personne qui se prononcerait sur la question. Je parle aussi du principal concerné, le président Macky Sall. S’ils veulent vraiment avoir à démontrer que ce que nous racontons n’est pas vrai, il faut qu’ils acceptent de venir à un débat ouvert avec toute la presse et toutes les questions. A défaut, je considère personnellement que le débat est tranché à travers ce que vous lirez à travers ce livre.
Idée générale du livre
Elle se résume fondamentalement par un mot : spoliation. Qui renvoie simplement aux conséquences qui suivent la mauvaise gestion des ressources pétrolières particulièrement certains nombres de blocs pétroliers : Cayar Offshore, Saint-Louis Offshore, Casamance et Saloum Onshore.
Les spoliateurs du pétrole et du gaz
La législation encadre et fixe le rôle des différents intervenants. Les intervenants, c’est le ministre en charge de l’énergie ; c’est Petrosen à travers son directeur général ; c’est le président de la République qui signe en définitive le décret, accessoirement le ministre de l’Economie et des Finances ; Aliou Sall et Frank Tim (…) Si on doit situer les responsabilités par rapport à cette situation, c’est au niveau de ces autorités-là, qui toutes ont eu à intervenir d’une manière ou d’une autre dans le processus.

Architecture du livre
Le livre est divisé en trois parties. Dans une première partie, j’ai procédé à un rappel qui était important parce que la manière dont les choses ont été présentées, et pour jouer sur le fatalisme et les croyances des Sénégalais, c’est comme si subitement avec l’arrivée de Macky Sall, du pétrole a jailli de partout. Il était bon qu’on rappelle que depuis 1952, la prospection pétrolière n’a jamais cessé au Sénégal (…) Et les premières découvertes ont été faites dans les années 1960.

J’ai rappelé toute la chronologie et j’ai pu tomber dans mes recherches sur de bonnes archives(…) Pour les découvertes récentes, la première a été faite en 1998 dans le bloc de Thiès. Donc, il fallait rétablir cela, que les gens comprennent que ce qui se passe actuellement est l’aboutissement d’un long processus auquel les gouvernements successifs ont eu à participer au nom du peuple sénégalais.
Ensuite rappeler le cadre légal. Si on ne présentait pas le cadre légal, peut-être que le lecteur ne pourrait pas comprendre en quoi il y a eu violation plus tard. J’ai consacré le second chapitre de la première partie à rappeler le cadre légal. La question pétrolière est gérée par le code pétrolier et son décret d’application. Ces lois sont très précises même si je considère qu’elles sont imparfaites ou obsolètes. Mais elles sont très précises quand au cadre de déroulement des activités pétrolières.

Elles ne laissent aucun doute, mais elles laissent, malheureusement, une certaine marge à l’autorité notamment au ministre en charge de l’énergie par rapport aux négociations avec les opérateurs. Nous avons rappelé ce cadre, ce qui nous a permis de démontrer les violations flagrantes, à travers notamment trois grands dossiers que sont : le dossier Petro-Tim, le dossier FORTESA et le dossier OVIDIU TENDER pour les blocs de Casamance et de Saloum Onshore.

Nous avons voulu être précis et méticuleux ; et tout ce qu’on y a dit, on a renvoyé à des sources précises : des contrats, des décrets d’approbation, des accords d’association. On a travaillé sur la base d’une documentation que le gouvernement n’a pas voulu publier (…) Dans ce pays, il y a des patriotes un peu partout, même au cœur du système. Nous avons pu avoir accès à tous ces compléments de documents. Ce qui nous a permis de constater que nos gouvernants n’ont jamais eu l’intention de gérer les ressources dans la transparence.
Le profil des entreprises attributaires des blocs pétroliers
Si vous analysez le profil des entreprises avec lesquelles ils travaillent, vous êtes frappés par trois choses : ce sont des entreprises à très faible capitalisation dans des secteurs où il faut de gros capitaux, (…) le second élément, ce sont des sociétés qui sont toutes nichées dans des paradis fiscaux. Ce qui prépare une évasion et une fraude fiscale à grande échelle à partir du moment où elles vont commencer à exploiter [le pétrole] (…) Le troisième élément, nous avons souvent affaire à de grands délinquants connus dans le monde des affaires (…)
Le dossier Petro-Tim, je m’en limiterai à celui-là car on ne va pas refaire le livre ici, est venue au Sénégal du temps d’Abdoulaye Wade, introduite par Samuel Sarr et Pierre Goudiaby Atépa. Petro-Tim a postulé pour les blocs de Cayar et de Saint-Louis Offshore. Blocs qui semblaient être très prometteurs puisque de l’autre côté de la Mauritanie, on commençait à faire des découvertes intéressantes.

Au moment où Petro-Tim demandait ces blocs, Petrosen était en négociation très avancée avec une autre entité, TULLOW OIL, laquelle avait toutes les compétences requises. (…) Ce qui n’était pas le cas de la société Petro-Tim, qui n’existait même pas. Elle a été créée après qu’on lui a signé son contrat. Ce qui est déjà un paradoxe (…) Et l’Etat, subitement, a donné les blocs à Petro-Tim. Ce que TULLOW a contesté (…) Tout était fait pour que pétrole sénégalais se retrouve entre les mains d’un seul homme, Frank Timis, ami intime d’Aliou Sall.
Recueillis par: Cheikh Sidou SYLLA

www.infos15.com

Laisser un commentaire