Opinions: Il était une fois, le Sénégal, un gâteau à partager!

    Qu’ont-ils ces présidents sénégalais à  créer des institutions pour caser leur clientèle politique? Abdou Diouf créa le Sénat en 1998, Wade le restaura en 2007 et l’additionna au conseil de la République pour les affaires économiques et sociales, Macky Sall réforma ledit conseil qu’il baptisât conseil économique, social et environnemental. Cerise sur le gâteau, il créa le haut conseil des collectivités territoriales.

    Autant d’institutions qui ont servi de garage politique pour contenter une clientèle politique dans un Sénégal pris pour un gâteau où tout le monde semble avoir sa part. Inutile de seriner le coût faramineux que ces inutiles institutions ont drainé. Des centaines de milliards ont été engloutis pour satisfaire des arrivistes qui ne font pas de la politique pour le peuple, mais pour eux. Puisque le Hcct, défraie la chronique, parlons-en. Cette institution confié à  Tanor Dieng va encore sucer le sang de ce Sénégal financirement moribond. Qu’importe pour le président Sall.

    Il fallait récompenser un certain Tanor, devenu impopulaire au sein du Ps et qui ne doit son salut qu’à l’alliance avec Macky. On a l’impression que le Sénégal est un gâteau d’anniversaire où tous les invités ont leur part. Les plus gourmands auront la meilleure part, les moins voraces se contenteront de reliefs. Concrètement, le Sénégal est en train de mourir de sa belle mort. Les présidents qui se sont succédé sont sous le coup des mêmes griefs.

    On leur reproche les mêmes pratiques: ministères inutiles et institutions aux salaires de sinécure, entre autres. Où est passée cette promesse de gestion vertueuse et sobre dont le président Sall se vantait? Le Sénégal a un sérieux problème pour renflouer ses caisses, et voilà que le chef de l’Etat donne à Tanor et les élus locaux du Hcct l’occasion de s’enrichir.

    Comme si le pays est une vache laitière qui doit sustenter des politiciens et vider les caisses de l’Etat. Ce qui est pitoyable est que ce sont les pauvres travailleurs – enseignants, médecins, hommes de loi etc. – qu’on oblige à ceindre les reins en les privant d’heures supplémentaires et indemnités pour payer des gens qui ne sont pas plus méritants.

    Et si on demandait aux élus locaux de travailler dans le bénévolat? Il fallait le proposer aux intéressés du Hcct pour mesurer leur bonne foi et leur abnégation pour le Sénégal. C’est une évidence que les politiciens qui se sont donnés des coups de poing et se sont insultés ne sont pas mus par le sacrifice pour le Sénégal.

    Laisser un commentaire