Mauritanie: Une noire Haratine raconte ses années d’esclavage et les viols de ses filles

Mauritanie: Une noire Haratine raconte ses années d'esclavage

0

La vague d’indignation suscitée par la vente de migrants sub-sahariens et leur mise en esclavage en Libye a montré, sous un jour nouveau, un phénomène que l’on croyait banni à jamais de notre continent. Et de notre époque. Oubliés par la communauté internationale, les Haratines -Hartani- qui ont toujours été considérés comme les esclaves des maures, en Mauritanie, continuent de souffrir. Dans cette vidéo, nous vous apportons le témoignage exclusif d’une femme maintenue en esclavage et qui, en plus d’être violée par ses « maitres » a été obligée d’assister aux viols répétés de ses enfants…âmes sensibles, s’abstenir…

Dans ce témoignage exclusif exploité par Kewoulo.info, une mère de famille, assise sur une natte et entourée de deux jeunes qui pourraient être ses enfants, a raconté qu’elle vivait à Atar, dans le centre ouest mauritanien, dans la région de l’Adrar, avec ses maitres. N’ayant pratiquement gardé aucun souvenir heureux de son enfance, puisqu’elle a été furtive, elle a raconté que les seules étapes qui lui reviennent en mémoire sont celles-là pendant lesquelles elle accompagnait les caravanes de nomades.

Et tenait la marmite aux bergers. Comme tout enfant, il lui est arrivé de casser des choses, par maladresse. Et elle a raconté que rien ne lui a été pardonné pendant ces étapes. Elle ne se souvient pas de ses parents -dont sa mère décédée très tôt pendant son enfance-, par contre elle a déclaré qu’elle a vécue au service de maitresses dont les maris l’ont violé, en de nombreuses reprises. Comme les pères, les enfants comme d’autres garçons de ses maitres ont, a plusieurs reprises, abusé d’elle.

Si, par pudeur et par crainte de représailles, elle ne dit pas que ses grossesses sont les résultats de ces rapports sexuels forcés, elle ne dit pas aussi si elle était mariée à un homme de son rang vivant sous le toit de ce maitre comme cela se fait en Mauritanie. Mais, elle a déclaré avoir mis au monde des filles qu’elle n’a pas vu grandir. « Parce qu’elles étaient à Nouakchott avec les filles de mes maitresses », a t-elle confié avec un brin de pudeur dans la voix.

Lorsqu’elle a été sous le même toit que ses filles dans la maison des maitres, elle a raconté avoir assisté, en de nombreuses reprises, aux viols répétés de ses filles. « Mon maitre, un pistolet parfois posé sur ma tempe, me battait. Et me demandait comment on faisait des enfants. Et me demandait de le regarder violer mes filles, puisqu’il avait tous les droits sur elles. » A-t-elle déclaré entourée de deux enfants, dont l’une est sa fille.

Pire que les services sexuels, cette dame a raconté que « un jour alors que (elle est) allée paître le troupeau, elle a retrouvé sa petite fille morte, enchainée et abandonnée dans une caisse. Mon patron l’avait tuée alors que l’enfant était bien portant. » A t-elle témoigné. Celle qui doit son salut à sa fuite de chez son patron a raconté qu’elle n’a porté des habits décents qu’après avoir réussi à s’éloigner du domicile de ses maitres.

Aujourd’hui qu’elle est loin de ses bourreaux, avec ses enfants, elle aimerait que la communauté internationale l’aide à obtenir des papiers -une identité- afin que ses enfants ne puissent plus être arrêtés dans la rue et être réduits à l’esclavage. Parce que le fondement de l’esclavage, c’est la négation de l’existence de l’individu. Et, un papier d’identité, c’est l’affirmation de soi dans un pays où l’esclavage est institué dans les moeurs et toléré dans la pratique par l’Etat.

Laisser un commentaire