Guinée Bissau: Le Fmi sème les germes d’un futur putsch dans la tête des militaires

Guinée Bissau: Le Fmi sème les germes

Une délégation du fonds monétaire international était dans les murs de Bissau depuis le 29 mars dernier. Après avoir pris le temps de discuter avec les politiques du pays, elle a commis le sacrilège d’inviter les militaires à avoir un oeil sur la gestion économique du pays. Cette invitation de l’armée dans la gestion des affaires politiques a du mal à passer auprès des alliés du président.

A l’invitation du président Mario José Vaz, elle a procédé à l’évaluation du programme du prêt élargi que l’institution financière internationale devait mettre à la disposition du pays. Une cinquième et dernière évaluation après que le pays ait reçu un prêt de 21 millions d’euros. Cette fois-ci, ce sont 3,5 millions d’euros qui sont attendus par le gouvernement Bissau-guinéen.

Et, avant de procéder à ce prêt qui doit être débattu en juin prochain, le président Jomav, dont le pays attend impatiemment cette manne financière, a reçu la délégation à Bissau pendant une semaine. Et alors que l’on croyait finies les séances de travail, cette même délégation a décidé de rencontrer une centaine d’officiers bissau-guinéens, pour lui demander son avis sur la gestion des mannes financières dont bénéficie le pays.

« Une situation inédite, inacceptable dans un Etat de droit », ont scandé les anciens alliés du président. Dans ce qui reste de l’entourage du chef de l’Etat, on croit que par cet acte, Mario José Vaz, conscient de son impopularité, se cherche à s’attacher la sympathie des militaires.

Jusque-là républicaine depuis 2012, avec le putsch d’Antony Ndiaye, l’ancien chef d’Etat major, l’armée n’a pas encore dit son dernier mot. Bien que silencieuse, elle suit de très près la dramatique situation politique que vit la Guinée Bissau. Même si de nombreuses voix autorisées de la majorité présidentielle pensent que l’armée n’interviendra plus dans la gestion des affaires, les derniers actes posés par le président Mario José Vaz semblent soutenir le contraire.

Au lendemain de la chute du dernier gouvernement -dissout le 30 janvier 2018-, le président a décidé de faire monter en grades tous les militaires qui n’ont pas connu d’avancement au cours des 5 dernières années.

Du coup, un capitaine ayant fait plus de 5 ans sans monter en grade se retrouve automatiquement lieutenant-colonel sans passer par la cage de commandant. Et, puisque la montée en grade implique des augmentations salariales que la Guinée ne peut supporter, le pays s’est, du coup, retrouvé asphyxié. Et, les nouveaux promus commencent à grincer des dents.

Laisser un commentaire