Facebook révèle qu’Internet menace la démocratie des pays

    Facebook révèle qu'Internet menace la démocratie des pays

    Faisant parti des réseaux sociaux les plus connus, Facebook est mélé dans une affaire de propagation de « fake news ».

    Accusé depuis longtemps de propager des « fake news », Facebook a reconnu lundi que les réseaux sociaux pouvaient affaiblir la démocratie et a promis de lutter contre ce problème. Mais les mesures annoncées ne font pas l’unanimité.

    Le groupe Facebook poursuit son examen de conscience entamé après l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche en 2016, reconnaissant, lundi 22 janvier, que les réseaux sociaux pouvaient affaiblir une démocratie et promettant de tout faire pour limiter ces risques.

    Ce n’est pas le patron Mark Zuckerberg qui s’est lancé dans une nouvelle salve d’auto-critique du réseau social, mais le responsable de l’engagement civique chez Facebook, Samidh Chakrabarti.

    « Je n’ignore pas les dommages qu’Internet peut causer, même au sein d’une démocratie qui fonctionne bien », a-t-il écrit sur le blog de Facebook, en réponse à sa propre question : « Quels effets ont les réseaux sociaux sur la démocratie ? »

    Samidh Chakrabarti cite évidemment les fausses informations, les « fake news » qui empoisonnent Facebook depuis plus d’un an, mais aussi les bulles d’information ne soumettant à l’utilisateur que des informations et des avis auxquels il adhère déjà. Il mentionne aussi les messages à caractère haineux ou racistes.

    Laisser un commentaire