Enquête: La piste du règlement de comptes privilégiée dans la tuerie de la forêt des Bayottes

Enquête: La piste du règlement de comptes

Quarante-huit heures après l’assassinat de 13 personnes dans la forêt des Bayottes, en Casamance, des pistes sérieuses d’enquête ont permis d’en savoir un peu plus sur les raisons, possibles, de cette tuerie de masse. A Bourofaye-Baïnounck comme à Mpack et Ziguinchor, c’est la piste du règlement de comptes qui est privilégiée. Enquête exclusive de Kewoulo.

La tuerie perpétrée dans la forêt des Bayottes, à Bourofaye-Baïnounck, sur des « coupeurs de bois » commence à révéler ses secrets. Kewoulo.info, qui a activé ses contacts, sur place, a appris que « l’opération de punition à l’encontre des « coupeurs de bois » était, à l’avance, connue de tous. D’ailleurs, des rumeurs pressantes avaient circulé; demandant aux habitants, de la zone, de ne pas s’approcher de la forêt pendant tout le mois de janvier. »

Entendu aux premières heures de cette affaire, un rescapé avait annoncé que, après avoir été interpellés, le matin, les otages ont été obligés de présenter une carte nationale d’identité. « Après avoir regardé nos cartes nationales d’identité, ils nous ont pris nos téléphones portables et nous ont demandé de nous asseoir sous bonne garde. J’étais la quatrième personne dans un groupe qui comptera, plus tard, jusqu’à 21 personnes. » A déclaré un rescapé à Kewoulo.

Des tueurs à la recherche de « coupeurs de bois » qui avaient porté plainte à la gendarmerie contre des jeunes de Bourofaye.

 

Et, au cours de ses confidences, notre source a déclaré qu’avant d’ouvrir le feu sur eux, l’un des assaillants leur avait demandé s’ils faisaient partie des gens qui avaient eu des problèmes avec leurs jeunes, à Bourofaye. Cette question, posée à des hommes alignés -ventre à terre- sur le peloton d’exécution, semble donner des indices concordants qui permettent de mieux comprendre le mobile de ces tueries.

En novembre dernier, des « coupeurs de bois » interpellés par des jeunes de Bourofaye avaient été battus par ces derniers. Blessés au cours de cette bagarre, les « coupeurs de bois » avaient porté plainte auprès du procureur de la République, à Ziguinchor. Et lorsque ce dernier saisit -par soi-transmis- le commandant de la brigade mixte de Ziguinchor, l’adjudant-chef a aussitôt convoqué les mis en cause. Placés en garde à vue, le 27 novembre, ils ont été déférés au parquet le 29 novembre 2017.

A la suite de leur déferrement, ils ont fait face au tribunal correctionnel de Ziguinchor qui les a condamnés. Au cours de l’audience, même s’ils avaient bien reconnu être les auteurs des coups et blessures volontaires, les mis en cause avaient essayé de se trouver des circonstances atténuantes, en se présentant en défenseurs de la nature. « Mais, le témoignage de deux personnes vont mettre en mal l’argumentaire des prévenus. Ces deux témoins ont démontré qu’ils avaient prémédité une crapuleuse attaque gratuite qui n’a rien à voir avec une quelconque défense de la nature. » A raconté une source judiciaire.

« Des gens » emprisonnés et aussitôt libérés

 

Bizarrement, sans que l’on sache comment et pourquoi, ces individus emprisonnés ont été libérés de prison. Après juste quelques semaines d’enfermement. Du côté de la gendarmerie, on ne communique pas sur cette libération. A leur corps défendant, les pandores qui ont bien reconnu que « ces mis en cause ont été remis en liberté » disent ne rien connaître des conditions de leur sortie de prison. « Nous, on arrête juste, on met les délinquants à la disposition de la justice. Maintenant, ce que la justice fait de ces gens-là, ça ne nous regarde pas. »

Si la gendarmerie ne sait pas comment ces « gens-là » ont été remis en liberté, des sources locales, proches des coupeurs des bois, ont déclaré que « ces « gens-là » ont bénéficié d’une grâce présidentielle à l’occasion du Nouvel An. » Et, c’est certainement pour venger ces gosses-là que des hommes armés ont concocté leur plan macabre.

« Ils étaient à la recherche des auteurs de cette plainte qui a conduit à l’arrestation de ces « gens-là« . Les ont-ils trouvé ou pas? Si nos sources judiciaires pensent que Non, celles villageoises croient savoir que les deux égorgés et brûlés vifs seraient les fameux témoins qui ont fragilisé la défense des délinquants de Bourofaye.

Egorger pour déshumaniser l’être humain

Pour nous en convaincre, ces sources disent que « on égorge un être humain que lorsqu’on nourrit une grosse haine à son encontre. En égorgeant une personne, on la déshumanise, on la traite comme un poulet, un mouton. On lui enlève sa dignité d’être humain. Et cela, on ne peut pas le faire quand on veut, simplement, donner une leçon à des coupeurs de bois« , croit savoir une de nos sources.

De témoignages recueillis sur place, nous avons appris que ce ne sont, finalement, que des ramasseurs de bois morts et des charbonniers -principalement des peuls- qui ont été assassinés dans la forêt des Bayottes. Pas de coupeurs, industriel, de bois. Ceux-là, ils viennent avec des camions pour couper le Teck, le veine, l’ébène, le Bois rouge…. Ceux abattus, ce samedi 6 janvier, n’avaient que des vélos et des charrettes.

Interpellés dès les premières heures de notre enquête, des chefs rebelles, jadis prompts à discuter avec nous, ont refusé de se prononcer sur le sujet. Poliment et fermement, Nkrumah Sané, le patron des combattants sous les ordres de Compas Diatta comme des lieutenants de César Atoute Badiatte ont déclaré ne pas vouloir se prononcer « sur ce sujet. »

Néanmoins, ils ont laissé entendre que puisque la zone est déclarée « forêt classée » et que la coupe du bois y était interdite, « il faut que vous, journalistes, demandiez à l’armée qui a des check-points dans la zone, pourquoi ils ont laissé ces gens-là passer. Et venir couper le bois dans une zone de guerre? »

 

 

Laisser un commentaire