Noël au village d’enfants SOS: Mme Nata Samb Mbacké gâte les enfants

Noël au village d'enfants SOS: Mme Nata

Ce samedi a eu lieu une cérémonie de remise de cadeaux aux enfants du village SOS, à sacré cœur. Cette rencontre qui est un noel (bis) a eu comme marraine Mme Mbacké Nata Samb. Et c’est le ministre de la justice, Ismaéla Madior Fall qui a été désigné comme parrain.

Ce Samedi 6 Janvier a été un moment d’allégresse pour les enfants du village SOS. Oubliés un temps des fêtes de noël, ils ont eu une séance de rattrapage grâce aux actions de Mme Nata Samb, la marraine. Et d’Ismaela Madior Fall, le ministre de la justice. Cette cérémonie a été une occasion pour les enfant de recevoir des cadeaux; dont des livres et de la nourriture. Occasion en or, pour eux, de se défouler avec le dit père Noel.

Cette cérémonie, accueillie dans une ambiance bon enfant, a permis à Mme Nata Samb Mbacké de replonger dans l’ambiance de ce monde qu’elle connait si bien. Professeure dans une précédente vie, aux Usa, l’administrateur du Faise a repris du goût et du plaisir au contact de ses enfants privés d’amour parentale. Mais bien protégés par la société. »Avec mon frère, le ministre de la justice, nous avons aussi beaucoup reçu des enfants. Ils se sont bien défoulés. Nous aussi on a eu du bonheur. » A déclaré Mme Nata Samb Mbacké.

Aussi si cette mère, très tôt seule avec ses enfants, est si redevable aux travailleurs des crèches et des garderie d’enfant, c’est que sans l’apport de ces structures, elle n’aurait jamais pu terminer ses études et élever, tranquillement, ses enfants. Fière du travail abattu par les administrateurs comme par les maitresses des structures de la petite enfance, elle a tenu à dire toute sa gratitude Sà ces braves gens. « Pour leur  courage et la patience qui les caractérisent. Parce que sans eux, beaucoup de femmes resteraient au foyer », a t-elle déclaré. « Je me suis mariée tôt et sans les garderies, je n’aurais pas pu terminer mes études et devenir ce que je suis aujourd’hui. » A déclaré Mme Nata Samb Mbacké.

   

Laisser un commentaire