Diplomatie: Macky Sall accusé d’ingérence dans l’élection présidentielle de la Guinée Bissau

La Guinée Bissau vient de sortir d’une palpitante campagne électorale à l’issue de laquelle les électeurs ont départagé les 5 candidats au poste de président de la République. Et elle se prépare, à partir du 13 décembre prochain, à retourner aux urnes pour désigner le futur président de ce petit pays large, seulement, de 35.OOO Km2, peuplé de presque 1,9 millions d’habitants et bloqué entre le sud du Sénégal et la Guinée Conakry.

Considéré comme l’un des pays les plus pauvres d’Afrique, la Guinée Bissau, qui a accédé à l’indépendance à l’issue d’une longue et sanglante guerre de libération, est aussi un pays très dangereux où la durée de vie des institutions républicaines dépend de la longévité des compromis signés entre les principaux responsables politiques et les caciques du PAIGC, le parti de l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert, le parti du père de la nation, Amilcar Cabral. « Cette instabilité politique, à en croire de nombreuses ONGs, a permis à de nombreuses organisations mafieuses et criminelles de faire de ce pays leur base arrière et la plaque tournante du trafic international de drogue. »

Et, au delà de toute considération, c’est comme pour la Gambie, « si ce pays intéressait le Sénégal, c’était, à en croire des sources diplomatiques, pour en faire un allié et sevrer le MDFC, le mouvement qui réclame l’indépendance de la Casamance, de bases arrière en territoire guinéen. » Aujourd’hui, avec le président Macky Sall, les données semblent avoir changé, « il ne s’intéresse plus à la Guinée Bissau pour des raisons sécuritaires. Mais, bien, pour des considérations ethniques. » Comme c’est devenu une évidence en Gambie, à Bissau, il se raconte dans les salons feutrés que « le président sénégalais veut voir réalisé son rêve qui consiste à faire élire, dans tous les pays ouest africains, des gens de son ethnie. Après Adama Barrow, c’est le tour de
Umaro Sissoco Embalo et plus tard ce sera Cellou Dalein Diallo. »

« Ce serait, à en croire de nombreuses sources guinéennes, les raisons du soutien du président sénégalais à Umaro Sissoco Embalo, un ancien premier ministre » et candidat qualifié au second tour de cette présidentielle grosse de danger. Arrivé second à l’issue du premier tour de la présidentielle, Umaro Sissoco Embalo , (27,65%), qui a toujours revendiqué son amitié avec Macky Sall -d’ailleurs le Sénégal a eu, une fois au moins, à mettre l’avion présidentiel à son service- le leader du Madem croit fortement en ses chances de déboulonner le PAIGC du pouvoir. Pour arriver à cet objectif, il se raconte à Bissau que c’est le président Sénégalais qui serait à la manœuvre. Alors qu’il ne dispose d’aucune légitimité historique ni de moyens financiers conséquents, Umaro Sissoco Embalo a réussi à rallier, à sa cause, la quasi totalité des candidats recalés du premier tour.

Et, alors que les nouveaux alliés devaient rester à Bissau pour peaufiner leur plan de conquête, ils auraient été approchés par le Sénégal pour venir, à Dakar, accorder leur violon. Alors que Macky Sall croyait que seuls ses amis allaient se retrouver dans la capitale sénégalaise, l’équipe de Umaro Sissoco Embalo -qui était installé dans le compartiment Business Class de l’avion, en partance pour Dakar,- s’est retrouvée nez à nez avec son adversaire, Domingos Simões Pereira, (40,13%) et sa suite. Et comme si le choix de Dakar ne suffisait pas, comme preuve, pour compromettre Macky Sall, Kewoulo a appris, de sources aéroportuaires, que « des membres du service du protocole de la présidence étaient venus à l’accueil de la coalition de Umaro Sissoco Embalo à l’AIBD.« 

Laisser un commentaire