Dakar: Les Amazones du Grand Parti s’arrogent le rôle de leaders contestataires

Dakar: Les Amazones du Grand Parti

A l’instar des partis membres de l’opposition, les cadres du Grand Parti, de Malick Gackou, étaient dans la rue ce vendredi. Conduite surtout par ses amazones, la délégation du Grand Parti a réussi la bataille de la mobilisation en faisant venir la presque totalité de ses responsables sur le terrain. Comme les leaders féminins, une forte mobilisation des militants a été notée.

Rassemblés devant le lycée John Fidzerald Kennedy pour certains, devant les locaux de la RTS pour d’autres et au rond-point du centenaire de la commune de Dakar pour les derniers, les militantes du Grand Parti ont tenu à se remarquer. Pour faire comprendre au pouvoir que « les lois iniques de Macky Sall, pour éliminer ses opposants, ne pourront pas passer comme lettre à la poste. »

Aperçue devant la Place de l’Obélisque, Place de la Nation, l’honorable députée Aïssatou Sabara s’est très tôt montrée déterminée à conduire les troupes de Malick Gackou à la bataille de la rue publique. Unies et déterminées comme une seul homme… pardon une seule femme, les protestataires du Grand Parti ont, malgré la chaleur, tenu à faire le kilomètre qui les séparait de l’ultime place de la rencontre.

Au son de « le peuple a soif, le peuple a faim, pendant ce temps les opposants sont emprisonnés« , Aïssatou Sabara et compagnie ont dénoncé le régime de Macky Sall coupable, à leurs yeux, d’avoir fait reculer la qualité de vie du peuple sénégalais. Et d’avoir réduit son existence aux pratiques de survie du moyen age. Interpellée par nos reporters sur place, la député a regretté que « le gouvernement n’ait aucun respect » pour les populations qui font dignement face à toutes sortes de difficultés. « Le gouvernement doit respecter les femmes du Sénégal qui se lèvent à 3 heures du matin pour aller chercher de l’eau, alors que le pays se veut émergent. » A conseillé la député.

Aussi, Mme Aïssatou Sabara a déploré le fait que « de plus en plus de jeunes diplômés se retrouvent à la rue, à boire du thé faute de trouver l’emploi que Macky Sall leur avait promis. » Alors que des signaux négatifs apparaissent chaque jour en Europe comme en Afrique concernant les dossiers judiciaires de Karim Meïssa Wade et Khalifa Sall, l’honorable député Aïssatou Sabara dit regretter que « en ce 21 eme siècle on en arrive encore à emprisonner des opposants sur la base de dossiers purement politiques ».

Pour Mme Aïssatou Sabara, le président Macky Sall doit impérativement libérer Khalifa Sall.  Et permettre à Karim Wade de revenir au Sénégal pour participer à la future présidentielle. Pour cette amazone du Grand Parti, « tout porte à croire que Macky Sall a peur de ses opposants ». 

 

Laisser un commentaire