Contribution: La Chicha est aussi nuisible que le tabac sur la santé (Par Baba Gallé Diallo)

Fumer du tabac par pipe à eau (chicha) attire de plus en plus de jeunes dans le monde  et en Afrique. Au Sénégal, fumer du tabac par pipe à eau a pris des proportions inquiétantes sous l’effet de la mode.En effet, la séquence de démonstration  de la chica  dans la série « wiri wiri »  n’est que la partie visible de l’iceberg.

Fumer la chicha est-il dangereux pour la santé ? Fumer la pipe à eau entraîne-t-il une dépendance ? Qu’en est-il du tabagisme passif lié à l’utilisation de la pipe à eau ?  Le tabac pour la pipe à eau est-il couvert par la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac et la loi antitabac 2014-14 du 28 Mars 2014 ?

Fumer du tabac par pipe à eau (chicha) est-il dangereux pour la sante ?

Les analyses en laboratoire montrent des concentrations mesurables de substances cancérigènes (dont les nitrosamines spécifiques au tabac, les hydrocarbures aromatiques polycycliques [HAP], les aldéhydes volatils comme le formaldéhyde et le benzène), de substances toxiques comme le monoxyde d’azote ainsi que de métaux lourds. De plus, la combustion du charbon de bois produit du monoxyde de carbone (CO) et des HAP cancérigènes à une forte concentration. Un lien a été établi entre ces substances toxiques et la dépendance, les maladies pulmonaires et cardiaques, et le cancer chez les fumeurs de cigarettes, et les résultats peuvent être similaires chez les utilisateurs de pipe à eau, si ces substances toxiques sont absorbées par l’organisme en quantités importantes.

 Les données tirées des dosages des marqueurs biologiques qui permettent de mesurer les concentrations toxiques et cancérigènes dans le sang et l’urine, montrent que fumer la pipe à eau entraîne une exposition importante à ces composants. Par rapport aux fumeurs de cigarettes, les fumeurs de pipe à eau sont beaucoup plus exposés au CO et aux HAP, autant exposés à la nicotine et beaucoup moins exposés aux nitrosamines spécifiques au tabac.

Des études montrent chez les fumeurs de pipe à eau une élévation de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle, d’autres effets cardiovasculaires aigus délétères, une altération de la fonction pulmonaire et de la capacité à faire de l’exercice, une augmentation de l’inflammation des poumons, des syncopes et des intoxications aiguës. Les examens systématiques des travaux de recherche existants indiquent l’existence de liens importants entre la consommation de tabac par pipe à eau et le cancer du poumon, les maladies parodontales et l’insuffisance pondérale. Des données plus récentes suggèrent l’existence de liens probables avec les cancers de la cavité buccale, de l’œsophage, de l’estomac et de la vessie, ainsi qu’avec la bronchopneumopathie chronique obstructive, les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, la rhinite chronique, l’infertilité masculine, le reflux gastro-oesophagien et les problèmes de santé mentale.

Fumer la pipe à eau (chicha)  entraîne-t-il une dépendance ?

Les données indiquent que fumer la pipe à eau entraîne une dépendance. La nicotine, substance responsable de la dépendance au tabac, est présente en grande quantité dans la fumée de la pipe à eau. On a montré que fumer la pipe à eau entraînait une augmentation de la concentra­tion plasmatique de nicotine et que les fumeurs qui choisissent ce mode de consommation présentaient les symptômes comportementaux de la dépendance à la nicotine.

Bon nombre des indicateurs sont les mêmes pour la dépendance à la pipe à eau et pour la consommation de cigarettes, mais il y a de bonnes raisons de penser que la dépendance au tabac chez les fumeurs de pipe à eau a des caractéristiques particulières dont on ne tient toujours pas compte dans les modèles et les instruments basés sur la littérature scientifique concernant les cigarettes. Comme il n’existe pas d’ensemble établi et validé de mesures de la dépendance au tabac spécialement pour la pipe à eau, il se peut que le pouvoir dépen­dogène de la pipe à eau soit actuellement sous-estimé.

Qu’en est-il du tabagisme passif lié à l’utilisation de la pipe à eau (chicha)    ?

Le tabagisme passif lié à l’utilisation de la pipe à eau est nocif. Plusieurs études ont montré la présence de quantités importantes de CO, d’al­déhydes, de HAP, de particules ultrafines et de particules inhalables dans la fumée dégagée par la pipe à eau. La pipe à eau dégage da­vantage de CO, de HAP et d’aldéhydes volatils que la cigarette.

En outre, les émissions directes de substances toxiques par les pipes à eau contenant une préparation sans tabac étaient égales ou supérieures à celles des pipes à eau contenant des préparations à base de tabac. La fumée des produits pour pipe à eau sans tabac est donc dangereuse et a la même activité biologique et le même contenu toxique que les produits à base de tabac, sauf pour ce qui est de la nicotine.

Le tabac pour la pipe à eau  (chicha) est-il couvert par la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac ?

La Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac couvre tous les produits du tabac et les Parties à la Convention sont tenues d’inclure la consommation de tabac pour pipe à eau dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques de lutte antitabac. Actuellement, de nombreux cadres de lutte antitabac, notamment les articles de la Convention-cadre de l’OMS, sont basés sur des données montrant l’efficacité de la politique en matière de cigarettes et ne peuvent pas répondre à toutes les questions soulevées par les caractéristiques particulières de la consommation de tabac par pipe à eau. L’OMS, le Secrétariat de la Convention-cadre, le groupe d’étude de l’OMS sur la réglementation des produits du tabac (TobReg) et les États Membres collaborent afin de renforcer et de consolider les éléments factuels concernant l’utilisation du tabac pour pipe à eau, en vue d’orienter l’élaboration d’une législation et d’interventions politiques appropriées concernant la pipe à eau afin de traiter cette forme particulière de consommation de tabac.

Au Sénégal, relativement aux normes de composition du tabac, l’article 4 du décret n° 1008 du 26 Juillet 2016 portant application de la loi 2014-14 du 28 Mars 2014 relative à la fabrication , au conditionnement , à l’étiquetage à la vente et à l’usage du tabac dispose «  nul ne peut importer , distribuer ou vendre au Sénégal un produit du tabac contenant : un arome caractérisant indiqué ou non sur le conditionnement du produit , un arome dans un composant ou une caractéristique technique qui permet de modifier l’odeur ou le goût du produit du tabac ou l’intensité de sa fumée, un additif ayant des propriétés associées ou susceptibles d’être associées  à un effet bénéfique pour la santé notamment les vitamines ,les extraits de fruits  et de légumes et les acides gras essentiels, un ingrédient utilisé pour créer l’impression que le produit a des effets bénéfiques pour la santé auquel les mineurs sont particulièrement sensibles ,un ingrédient associé à l’énergie et à la vitalité tels que les composants stimulants comme la caféine et la taurine »

Que faire  au sujet de la consommation de tabac par pipe à eau (chicha) ?

Compte tenu de la quantité croissante de données montrant que la consommation de tabac par pipe à eau est nocive et entraîne une dépendance, de la popularité croissante de ce mode de consommation dans le monde et du fait que l’industrie du tabac et les entités commerciales manifestent un intérêt de plus en plus grand et investissent de plus en plus pour la promotion de la consommation de tabac par pipe à eau, les gouvernements, les ministères de la santé et les communautés doivent prendre des mesures strictes et efficaces pour protéger la population contre la consommation de tabac par pipe à eau et le tabagisme passif lié à ce mode de consommation.

En ce qui nous concerne,  le Sénégal a anticipé sur la prévention légale de la chicha.  L’article 4 précité du décret n° 1008– 2016 du 26 Mars 2016 portant application de la antitabac 2014-14 du 28 Mars 2014 interdit l’importation, la distribution et la vente de la chicha. Les articles 9 et 10 de la loi 2014-14 du 28 Mars 2014  interdit la publicité, la promotion,  le parrainage en faveur du tabac et des produits du tabac. L’article 18 de la loi précitée interdit l’usage du tabac dans les lieux publics.

Par ailleurs, quiconque aura violé l’interdiction de fumer dans les lieux publics «  sera puni sera puni d’une amende de 50.000 à 100.000 FCFA. Pour 1′ application du présent alinéa, le tribunal de simple police est compétent. La contravention visée à 1′ alinéa suivant peut donner lieu au payement immédiat d’une amende forfaitaire de 5.000 FCFA entre les mains de l’agent verbalisateur.

En cas de refus de paiement de 1′ amende forfaitaire, il est procédé conformément aux dispositions des articles 519 et suivants du code de procédure pénale. Les présentes dispositions sont modifiées de plein droit par 1′ effet des modifications ultérieures des articles précités du code de procédure pénale. L’exploitant ou le responsable des lieux dans lesquels il est interdit de fumer, doit prendre toutes les dispositions pour faire respecter la loi y compris 1 ‘apposition de façon visible et claire de la signalétique réglementaire définie par arrêté ministériel, sous peine d’une amende de 150.000 à 300.000FCFA (article 26 de la loi 2014-14 du 28 Mars 2014)  »

 

En outre, quiconque aura  violé l’interdiction de la publicité, de la promotion et du parrainage en faveur du tabac et des produits du tabac  « sera puni d’un emprisonnement d’un an à trois ans et d’une amende de 50.000.000 à 200.000.000 FCFA ou de l’une de ces deux peines. Ces peines sont portées au double lorsque les personnes visées sont des mineurs » (article 24 de la loi 2014-14 du 28 Mars 2014).

Enfin, quiconque aura commercialisé illicitement du tabac et des produits du tabac sera « puni d’un emprisonnement de cinq ans à dix ans et d’une amende de 100.000.000 à 500.000.000 FCFA ou de l’une de ces deux peines (article 27 de loi  2014-14 du 28 Mars 2014) ».

Les sanctions arrivent. Elles sont lourdes et pénibles. Un homme averti en vaut deux.

Vive le Sénégal

Vive la république

 

Par  Baba Gallé DIALLO

Email : babadediana@gmail.com

 

Sources :

Fiche d’information de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) relative à la consommation du tabac par pipe à eau (Chicha)

Loi 2014 -14 du 28 Mars 2014 relative à la fabrication, au conditionnement, à l’étiquetage à la vente et à l’usage du tabac

Décret 2016 -1008 du 26 Juillet 2016 portant application de la loi 2014 -14 du 28 Mars 2014 relative à la fabrication, au conditionnement, à l’étiquetage à la vente et à l’usage du tabac

 

Laisser un commentaire