Alioune Tine alerte en direction du 19 avril : « Ce qui arrive ailleurs peut très bien arriver ici! »

Alioune Tine alerte en direction du 19 avril

Le Sénégal retient son souffle à quelques jours de l’examen, par l’Assemblée nationale, de deux projets de loi à controverse afférents au processus électoral. De vieux souvenirs se réveillent pour prédisposer à craindre une réédition de la manifestation du 23 juin 2011, quand on a frôlé le pire.

L’homme qui personnifie la résistance lors de ce jour mémorable, Alioune Tine, sort de sa réserve pour alerter sur les dangers qui guettent le pays. « Nous avons un front social en ébullition. Nous avons un front politique en ébullition… Le Sénégal devient beaucoup plus vulnérable… Il ne faut pas dire que le Sénégal est spécial, que nous avons des saints… Nous avons des menaces très diffuses autour de nous. Ce qui arrive ailleurs peut très bien arriver ici », prévient l’ex-leader de la Raddho, reconverti expert indépendant de l’Organisation des Nations Unies en charge de la situation des droits de l’Homme au Mali.
Ainsi, dans cet entretien accordé à Dakaractu, Mr. Tine, qui a détaillé les étapes décisives de la démocratie sénégalaise qui a accouché de deux alternances en douze ans, met en garde les faucons de part et d’autre du «rideau de fer» qui sépare le pouvoir de l’opposition. Interrogé sur l’incidence que peuvent avoir l’exil de Karim Wade et l’emprisonnement de Khalifa Sall sur le blocage en cours, ce facilitateur de premier plan ne met pas de gants pour déclarer qu’il y a des « agendas cachés ». « Je ne reviens pas sur les questions qui fâchent », souligne-t-il, avant d’inviter les protagonistes de cette crise à surmonter les obstacles progressivement.

Laisser un commentaire