« La banque mondiale avait décliné le Ter en disant qu’il n’est pas rentable », Mohamed Dia

"La banque mondiale avait décliné le Ter

Le Ter bien qu’inauguré, continue de faire couler beaucoup d’encre surtout à propos de son coût, la question à « résolution inconnue ». L’expert financier basé aux Usa, Mohamed Dia, informe que la Banque mondiale avait dissuadé l’Etat du Sénégal de mettre en œuvre le projet du train express régional(Ter) quand elle avait été contactée par les autorités.

Invité avant-hier, dimanche 20 janvier, de l’émission Objection de la radio Sudfm, Mohamed Dia a indiqué que cette institution mondiale qui demande pourtant à tous les Etats avec qui elle entretient un partenariat comme le Sénégal d’octroyer 9% de leur Pib aux infrastructures, est même allée plus loin, face à la détermination des autorités sénégalaises à maintenir ce projet en refusant d’engager sa signature.

Par ailleurs, toujours au sujet de cette affaire de Train express régional, Mohamed Dia a également réfuté le chiffre de 568 milliards annoncé par le chef de l’Etat, Macky Sall, lors de la cérémonie d’inauguration comme étant le coût global de ce projet.

«Ce que le président a dit est vrai, c’est 568 milliards cependant, il a omis de préciser que ce coût est hors taxe et hors intérêt et que si on ajoute les taxes et intérêts, ça avoisine les 750 milliards voire plus parce qu’ils avaient sollicité la Banque mondiale qui a répondu en disant que ce projet n’était pas rentable et elle a carrément décliné parce qu’il y a des projets rentables et d’autres qui ne le sont pas et le Ter n’est pas l’un des projets rentables. Car, la Banque mondiale nous dit que 9% du Pid doit être octroyé aux infrastructures et nous sommes seulement à 4% de cet objectif», a-t-il-observé.

Poursuivant son propos, l’expert financier assure ainsi que les 568 milliards pour 57 km investis dans le Ter auraient réglé beaucoup d’autres problèmes dans le domaine du transport.

«Combien d’aéroport régionaux, départementaux aurions-nous pu construire ou rétablir ? Les 568 milliards pour 57 km, c’est à but électoraliste parce que cette enveloppe aurait pu être utilisée pour financer également une compagnie nationale et ça allait libérer les routes, subventionner les billets d’avions pour les destinations intérieures», ajoute l’expert financier, Mohamed Dia.

Laisser un commentaire