Pourtant condamné à une lourde peine de prison, Cristiano Ronaldo ne passera pas une seule seconde derrière les barreaux

Texte alternatif de la bannière

Lundi 21 janvier, le footballeur Cristiano Ronaldo a été condamné à une lourde peine pour « fraude fiscale ». Pourtant, la loi espagnole lui épargne de finir en prison.

C’est pour aller au tribunal que Cristiano Ronaldo était de retour à Madrid lundi 21 janvier. Tout de noir vêtu et en compagnie de Georgina Rodriguez, le footballeur de la Juventus de Turin faisait face à la justice pour fraude fiscale. Il a été condamné à une très lourde peine : il doit s’acquitter d’une amende de 18,8 millions d’euros et a écopé de 23 mois de prison ferme. Mais les fans du Portugais ne le retrouveront pas derrière les barreaux, mais bien sur le terrain de Turin.

La raison ? La loi espagnole permet aux condamnés, qui n’ont jamais eu affaire à la justice et qui présentent un casier judiciaire vierge, de rester en liberté si et seulement si leurs peines sont inférieures à 24 mois de prison ferme. Ce qui est le cas pour la condamnation de l’attaquant turinois. Comme prévu, Cristiano Ronaldo a ratifié un accord passé il y a quelques mois entre ses avocats et le fisc espagnol devant la Cour madrilène. Face au juge, il a reconnu quatre délits de fraude fiscale qui s’étalent de 2011 à 2014. « Tout est parfait », a déclaré Cristiano Ronaldo lors de sa sortie d’audience, alors qu’il était en train de signer des autographes à ses fans.

Mais l’attaquant portugais pourrait retrouver la justice bien rapidement. En octobre dernier, une enquête a été ouverte aux Etats-Unis après qu’un ex-mannequin a affirmé que Cristiano Ronaldo l’avait violée en 2009, à Las Vegas. De son côté, le footballeur a toujours nié ces accusations. Les autorités américaines ont demandé à la police italienne de leur faire parvenir un échantillon d’ADN de Cristiano Ronaldo.

Laisser un commentaire