Affaire Imam Ndao: Sérigne Touba s’invite au procès des présumés terroristes sénégalais

« L’accusation dont Imam (Alioune Ndao) fait l’objet, Serigne Touba a subi la même chose. En s’opposant contre l’administration coloniale, Serigne Touba a été accusé de vouloir organiser une guerre sainte. C’est ainsi qu’il a été déporté au Gabon. Dieu a été à ses côtés. Imam Ndao est en train de subir le même sort. Mais qu’il se rassure Dieu sera toujours à ses côtés. »

Ce rapprochement entre l’un des principaux accusés du procès pour terrorisme qui se déroule depuis plusieurs semaines au palais de justice de Dakar, et le fondateur du mouridisme est signé Me Babacar Ndiaye, un des avocats de l’homme religieux. Il a été suivi d' »Allahou akbar » poussés par les partisans de l’imam Ndao.

Me Ndiaye se dit déçu par le procureur, qui a requis 30 ans contre son client. « J’ai entendu le réquisitoire du parquet, prévient-il. Lorsque j’ai appris que beaucoup de personnes  ont été arrêtées pour actes de terrorisme, je pensais que le parquet allait mettre sur la table des faits irréfutables. Mais, j’avoue que je suis resté sur ma faim. »

L’avocat de poursuivre : « On peut même remettre en cause l’élément déclencheur. Il n’y a aucun élément qui authentifie cette publication de Abu Hamza Ndiaye. Imam Ndao a le droit de donner son point de vue sur certaines pratiques de la religion. Nous avons une religion la plus démocratique du monde. L’islam a toujours toléré le débat d’idées. »

Me Babacar Ndiaye est persuadé que si Imam Ndao « appartenait à une confrérie quelconque, il n’aurait pas subi ce traitement ».

Il ajoute : « On a vu des chefs religieux qui sont poursuivis pour des faits de meurtres et qui n’ont jamais été inquiétés. Si vous condamnez Imam Ndao à 30 ans, il va mourir en prison. C’est une condamnation à mort civile. Il ne mérite pas cela. Il devait être décoré parce qu’il a réussi à humaniser plusieurs citoyens. »

Avec Seneweb

Laisser un commentaire