Viol suivi de meurtre à Tamba: Le vigile de la maison est arrêté dans le cadre du meurtre de Bineta Camara

Viol suivi de meurtre à Tamba: Le vigile de

Les choses sont allées très vite dans l’enquête en flagrance ouverte par le commissariat urbain de Tambacounda pour élucider le viol suivi de meurtre de la jeune Bineta Camara. Et alors que tout le monde s’épiait du regard, les policiers du commissariat urbain de Tambacounda ne sont pas allés loin pour trouver leur premier suspect. C’est le vigile de la maison qui est, pour le moment, leur premier gardé à vue.

En effet, alors que le corps sans vie de la jeune fille a été découvert la nuit dernière, baignant dans son sang, la police judiciaire qui est intervenue a procédé au constat d’usage. Avant de requérir les Sapeurs pompiers pour l’enlèvement du corps en vue, selon les réquisitions du procureur, de rechercher les causes de la mort.

A en croire des sources locales, l’autopsie dont les résultats ne sont pas encore connus du public ont été remis ce matin au procureur de la République et à la famille; après que les légistes arrivés tôt ce matin ont fini leur travail. Aussitôt a commencé un éreintant travail de fourmis pour les policiers chargés d’auditionner tous azimut. A en croire des sources proches de la famille, « le gardien de la maison, qui a été longuement auditionné, a été maintenu en garde à vue. » Pour le moment, à la police on préfère parler de « mise du vigile à la disposition des enquêteurs de la police. »

A en croire des informations exclusives livrées par Seneweb, la fille aurait été « violée et tuée » ou « tuée et violée« . Et, si on a vite parlé de la disparition du téléphone portable de la victime, les traces biologiques retrouvées sur le corps ont laissé croire qu’un viol a été commis. Et avec l’arrestation de ce premier suspect, on pourra vite être situé sur la culpabilité du vigile de la maison. Âgée de 24, Bineta Camara est fraîchement diplômée de l’Ecole nationale polytechnique de Dakar.

Et dans l’attente d’un premier emploi elle était revenue à Tambacounda aider sa mère qui y tient un magasin. Son père Malal Camara, quant à lui, est le directeur général de l’Agence de développement local ( ADL). « Il était à Dakar au moment des faits. Et son épouse était absente. Mais, tôt ce matin du dimanche, il a regagné Tambacounda pour s’enquérir de la situation » et mettre la pression sur les enquêteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE