Vidéo – Pape Kabo: « Augmenter 10 députés pour la diaspora à l’Assemblée nationale n’est pas pertinent »

Pape Kabo, élection des députés de l'extérieur

Ancien directeur de l’Union des Ressortissants Sénégalais de l’Eure, en France, Pape Kabo est depuis un quart de siècle en bataille pour que les autorités sénégalaises puissent impliquer davantage les Sénégalais de l’extérieur aux questions qui les interpellent. Dans cet entretien exclusif, le consultant revient sur les problématiques des questions interpelant l’existence des Sénégalais de la diaspora.

 

  • Depuis deux décennies vous vous battez pour que les Sénégalais de l’extérieur entrent à l’Assemblée nationale, le président de la République a ramené le nombre des nouveaux députés entrant à 10, vous dites que cette décision n’est pas pertinente. Pourquoi cette position?  

Je ne dis pas que 10 c’est pas pertinent. Je dis que augmenter 10 députés supplémentaires dans l’effectif actuel de l’Assemblée nationale n’est pas pertinent. Mais, la décision de permettre aux Sénégalais de l’extérieur d’avoir 10 députés, cette décision on l’a soutenu depuis toujours.

  • Et pourquoi ce n’est pas pertinent ? 

Ce n’est pas pertinent; parce que cela engendre des dépenses supplémentaires. Je pense que pour un tout petit pays endetté comme le Sénégal, on pouvait faire l’économie d’augmenter les postes de sièges de députés. Et augmenter par la même occasion des charges de l’Etat et les porter à 2 milliards et demie pour un mandat. Je crois qu’on peut éviter cela, surtout qu’il y’a des solutions intelligentes que la plupart des leaders politiques du Sénégal, que j’ai rencontrés, ont acceptée. Je cite le professeur Madior Diouf de la RND, Abdoulaye Bathily, Mamadou Diop Decroix de AJ, je cite, je cite, je cite….Parmi tous ces leaders politiques là, il n’y a pas un seul qui a soutenu, à cette époque où je les ai rencontrés, le principe de l’augmentation de sièges des députés. C’est plutôt la solution alternative que je porte qui a été soutenue. C’est celle-là qui est la plus porteuse pour moi.

  • Qu’est ce que vous proposez concrètement?

Ce que je propose, c’est que, au Sénégal, les députés sont élus sur deux listes. Il y’a la liste nationale et une liste au niveau de chaque département; c’est à dire au niveau de chaque circonscription électorale. Il y’a 90 députés qui sont élus au niveau des circonscriptions et 60 qui sont élus sur les listes nationales. Ce que je propose, c’est qu’on prenne, qu’on prélève 10 députés de ces 60 là et qu’on les affecte aux circonscriptions Diaspora. Cela permettra à la diaspora d’élire des députés qu’elle va, elle même, choisir. Et ça n’augmentera pas le nombre. On gardera la même masse budgétaire que ce qui existe actuellement au lieu de l’augmenter.

 

  • Vous dites que le président est sous la pression de lobbies! Qu’est ce qui vous fait dire ça?

Bien entendu, j’en ai rencontrées. J’ai moi même été sollicité par plusieurs personnes qui voudraient qu’on chemine pour aller le rencontrer. Pour le convaincre que c’est utile que de faire cette question la. De créer la circonscription extérieure. Mais, la réponse est déjà trouvée. Il a parlé de région à créer. Cette question 8 qui a figuré sur le projet de référendum qui a été accepté, on ne peut revenir en arrière. C’est déjà acquise. Maintenant, il ne reste qu’à formaliser cette question et de faire que ça puisse être acceptée par les populations. Ce que nous ne voulons pas, ce sont des dépenses supplémentaires.

  • Pour vous, chaque continent doit être une circonscription électorale. Quelle est la pertinence de cette proposition? 

C’est plus pertinente, au lieu de dire Diaspora circonscription unique. C’est possible, il faut assortir cette décision là de diaspora circonscription unique. C’est possible, il faut assortir à ce moment là de contraintes dans l’établissement de listes de candidats en imposant que les candidats à la députation de la diaspora ne soient pas seulement d’Europe, d’Afrique ou d’Amérique, parce que vous comprendrez avec moi -comme vous le comprenez d’ailleurs- que le député de l’Europe ne peut pas être plus fin, plus pertinent dans l’analyse d’une situation que quelqu’un qui réside en Amérique, ou en Asie ou en Amérique. Il ne vit pas ces situations, donc il faut qu’il y ait des circonscriptions par continent de migrations pour que l’Afrique puisse envoyer des députés de la diaspora à l’Assemblée, que l’Europe puisse le faire, que l’Amérique fasse pareil idem pour l’Asie. Je pense que de cette manière là on aura des députés de la diaspora qui viendraient de divers horizons et qui seraient à même de faire des propositions et de les défendre.

  • Vous avez invité la diaspora à poser et a engager le débat de la représentativité. Qu’est ce que vous leur proposez?

La question de la représentativité, c’est une question qui nait du constat de la situation, il est malheureux de déplorer aujourd’hui;  tous les députés qui ont été élus jusqu’ici, ce n’est pour faire du communautarisme. Mais regarder quelle sont les origines. La même origine jusqu’ici. Le constat est le même; lorsque les gens sont élus, ils disparaissent on ne les revoit plus jamais. La question de la représentativité est une question de proximité. C’est de ça que je veux parler, en clair. Un député qui est élu, il faut qu’il revienne à sa base, de temps à autre. Rencontrer sa base et s’imprégner de la situation. Et repartir mieux armé pour mieux défendre cette situation là. je suis persuadé que la situation qui prévaut aujourd’hui évoluera d’ici 3 ans, 5 ans. Un député qui se coupe de sa base ne gardera plus des information actualisées pour pouvoir les porter et les défendre de manière judicieuse.

Entretien réalisé par Cheikh Sidou Sylla Diasporas.fr

Images: Diadia Production

PARTAGER
Article précédentRevue de presse de Ahmeth Aïdara du 6 octobre 2016
Article suivantCasamance: 33 années d’une guerre fratricide qui endeuille le Sénégal
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire