Tivaouane Peul : la Sipres réclame le site Namora, les populations menacent avec des machettes

    Ça chauffe  à Tivaouane Peul, notamment dans la zone dite Namora. Les nerfs sont tendus et les machettes des Peuls prêtes à être  brandies. Mais contre qui?

    Naturellement, contre tous ceux qui n’ont jamais connu Tivaouane Peul et qui ont attendu que l’autoroute Dakar-Saint Louis y passe pour prétendre être propriétaires de ces terres. La Sipres en premier rang.   La primature et certaines sociétés immobilières se sont présentées, au détriment des populations autochtones, pour prétendre détenir des hectares de terres dans cette partie de Dakar, récemment découverte. Le site dit Namora est la zone litigieuse. C’est un site qui se trouve à quelques encablures de la plage et de l’autoroute Dakar-Saint Louis.

    Un site loin de la pollution où l’air est pur et frais. Longtemps méconnue sur la carte géographique de Dakar, Tivaouane Peul Namora aiguise les appétits des prédateurs terriens, surtout la Sipres qui dit détenir 100 hectares dans cette zone. Ce que les Peuls ne peuvent pas cautionner. Ils disent être prêts à  en découdre avec cette société immobilière, quitte à  verser leur sang pour sauvegarder leurs terres, les unes à usage agricole, les autres à usage d’habitation. Du côté de la Sipres, la directrice Madame Ba, ne démord pas. Elle n’entend pas lâcher du lest.

    Mais les Peul disent qu’ils ne vont pas céder un seul iota. Ils ont menacé de brandir des machettes si des instruis occupent leurs terres. Ce qui est troublant dans cette affaire, selon les populations, c’est que « le sous-préfet et le maire de Tivaouane Peul sont de connivence avec la Sipres, car la mairie a arrêté d’établir des actes de délibération et c’est le sous-préfet qui a donné cet ordre ». Elles l’ont fait savoir lors de leur assemblée générale tenue dimanche dernier.

    Assemblée au cours de laquelle les populations ont mis en place un nouveau bureau et baptisé leur structure Collectif Aar Sunu Gokh de Tivaouane Peul-Namoral (CASG/TPN). Dimanche prochain, les populations ont prévu une conférence de presse pour alerter les autorités de l’effusion de sang qui risque d’avoir lieu si la Sipres touche à leurs terres. Une marche de manifestation vers la mairie est également prévue et d’autres actions.

    PARTAGER
    Article précédentA Maty, je demande pardon !
    Article suivantReportage-Vidéo : En France, les femmes de l’APR ont désavoué leurs chefs et fait appel à Macky Sall
    Babacar Touré
    Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

    Laisser un commentaire