Terrorisme au Sénégal : Latyr Tine du WANEP pour « une sensibilisation nationale surtout au niveau des chefs religieux et des chefs traditionnels »

Terrorisme au Sénégal : Latyr Tine du WANEP

Le Sénégal, comme ses voisins, est sous la hantise du terrorisme. Et au-delà du bon travail que les forces de sécurités sont en train de faire, Latyr Tine prône « une sensibilisation nationale surtout au niveau des chefs religieux et des chefs traditionnels et l’interdiction des discours et des comportements qui favorisent ou facilitent l’expansion du terrorisme ».

La menace terroriste est imminente. La preuve, « la Police judiciaire sénégalaise a reçu des renseignements faisant état d’un réseau d’émigration clandestine vers l’Europe, entre le Sénégal, le Mali, le Niger et la Libye. Parmi les membres du réseau figurent la dame Mame S. D. et son frère Adama S. D., domiciliés à la Cité Soprim de Dakar et en relation avec leur frère Saliou, alias Baye Zale, basé en Libye », selon la presse du jour.

Mame S. D, ajoute-t-on, « reçoit auprès des familles des candidats de l’argent qu’elle transmet aux passeurs associés à son frère, Baye Zale, et jalonnant le parcours du voyage ». A Thiès également, un jeune qui a comme nom de famille Ndiaye est cueilli par la police pour acte terroriste, selon la radio futur-media. Ces informations relatées dans la presse viennent corroborer les affirmations de Latyr Tine qui constate : « Récemment il y a eu beaucoup d’arrestations de personnes présumées terroristes avec des preuves accablantes. Il y aurait aussi des jeunes sénégalais qui seraient actuellement en Syrie entrain de combattre à côté du DAESH. »

Le paneliste intervenait sur le thème ; « l’Islam et les droits humains » dans un contexte où le terrorisme hante les populations du monde. Latyr Tine explique qu’au Sénégal, « une étude réalisée par Timbuktu Institue sur 400 jeunes dans la banlieue dakaroise a révélé que 10% de jeunes seraient prêts à rejoindre les groupes terroristes. Des mesures sont prises, mais il serait mieux que cette lutte ne soit pas seulement un problème du gouvernement ou des forces de défense et de sécurité mais de tout un chacun ».

De ce fait, poursuit le conférencier, « une sensibilisation nationale surtout au niveau des chefs religieux et des chefs traditionnels serait une bonne chose et l’interdiction des discours et des comportements qui ont caractère à favoriser ou faciliter l’expansion du terrorisme sont aussi à bannir ». Autant dire, conclut le paneliste « qu’il y a une nécessité de forger la conscience citoyenne des acteurs étatiques et non étatiques ».

Laisser un commentaire