Journée mondiale des réfugiés : Le Yahr veut doter un cadre d’expression aux jeunes pour le développement de leurs communautés.

Journée mondial des réfugiés : Le Yahr

0

« L’Islam et les droits humains », c’est le thème qui a permis au Young advocates for Human Rights de diagnostiquer les différents facteurs liés au terrorisme qui secoue le monde, aujourd’hui. Ce panel qui est un cadre de partage, d’expression, d’échange et de contribution participe au développement et à la conscientisation des jeunes sur les sujets d’actualité.

« Le thème cadre avec la journée internationale des réfugiés, célébrée un peu partout dans le monde», selon la présidente de Young Advocates for Human Rights. L’objectif selon Borso Tall est de « voir les priorités de la jeunesse africaine, en rapport avec ce qui se passe dans le monde. On ne peut pas, seulement, parler du Sénégal. Nous voulons aussi voir ce qu’on peut faire, pour donner notre contribution sur ce qui se passe dans le monde. On doit s’engager et éviter de penser à ce qu’on peut gagner en retour. Car, ce retour, ils ne peuvent pas le mesurer aujourd’hui. »

Ce conclave a servi aussi de levier pour pérenniser des activités du genre pour conscientiser les jeunes, les engager à contribuer au développement de leurs communautés. Face au public, la présidente de Yahr a déclaré avoir lancé une série de panels sur des sujets d’actualités. Et cela permettra à ces jeunes d’avoir l’opportunité de discuter avec leurs pairs, de partager leurs expériences.

« Mais, aussi, de comprendre que quelles que soient les difficultés qui les secouent dans leur formation, dans la vie et même les difficultés sociètales, on peut réussir, travailler pour faire valoriser leurs droits. Et, qu’en retour, ils pourront resservir leurs communautés».

Car, le Yahr «qui signifie l’éducation en wolof, le respect de son prochain doit nous inciter à voir au-delà de ce qu’internet nous montre, au-delà des divertissements, découvrir autre chose dans le monde; en sortant de notre cocon. Le Yahr, le définissant comme éducation est le socle, le fondement du développement de nos communautés, de notre société. » Sur le thème « l’islam et droits humains » fait forcément référence au fait que les terroristes bafouent les droits des jeunes qu’ils recrutent comme ils violent les droits des communautés de vivre en paix.

C’est pourquoi Latyr Tine, l’un des panelistes, a axé son intervention sur les causes et a déclaré que «la pauvreté fait que ces populations vivant dans les zones périphériques sont très réceptives par rapport aux terroristes; car ces gens très enrichis par les trafics de tous genres, les rançons des enlèvements et autres, peuvent subvenir aux besoins des jeunes de ces localités délaissées par les Etats. Une escorte de drogue est à coup de millions. Et cela est presque sans risque d’autant plus que les forces de l’ordre et de sécurité sont absentes de ces zones. »

Poursuivant son intervention, le jeune panéliste a déclaré « les djihadistes donnent tout à ces jeunes, même des épouses. Plusieurs des filles enlevées à Chibok ont été mariées à des djihadistes. Et c’est à partir de ces faveurs qu’ils réussissent à les endoctriner et à les radicaliser. Au recrutement, c’est pour des raisons financières. Mais, au fur et à mesure que le temps passe, on se fait laver le cerveau pour y mettre des idées fondamentalistes de l’islam».

C’est pourquoi, conformément à l’ambition du réseau des jeunes avocats pour les droits humains, le conférencier Tine de formuler quelques recommandations comme «la lutte contre la pauvreté, la cybercriminalité, la prise en compte des diplômés en Arabe par le système éducatif, le contrôle voire la modernisation des daara, l’utilisation des confréries et des enseignements de guides religieux pour le cas spécifique du Sénégal. Mais, aussi et surtout, l’implication des jeunes et des femmes» comme veut le faire le Yahr.

Laisser un commentaire