Le Talk de Label TV: Quand la politique de Macky Sall est confrontée aux réalités africaines au Gabon

Le Talk de Label TV: Quand la politique

La politique de « lutte contre l’enrichissement illicite », marque non déposée du chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, suscite interêts et débats sur le continent. Et peu à peu, cette pratique qui a divisé le Sénégal commence a inspiré d’autres présidents Africains qui veulent assainir leur environnement. Après le Cameroun qui a lancé son opération Epervier, le Gabon a mise en place son Plan Mamba. Ils veulent juste faire arrêter et juger leurs autorités nationales suspectées de détournement de deniers publics.

Attendue, en grandes pompes comme la période de reddition des comptes, le temps de la transparence en vue de permettre aux promoteurs de « la gestion sobre et vertueuse » de s’installer dans un environnement assaini et gouverner tranquillement, la lutte contre l’enrichissement illicite est morte de sa belle mort avec l’emprisonnement tambour battant de Karim Wade suivi de sa libération expulsion en catimini. Alors que les Sénégalais sont encore à épiloguer sur son efficacité et conjecturent sur le montant réel des avoirs recouvrés par le gouvernement, voilà que des Etats africains imitent la politique de Macky Sall.

Après le Cameroun, qui a lancé son opération Epervier, c’est le Gabon qui s’y est mis à la chasse aux prédateurs de deniers publics. Cette fois-ci, elle s’appelle Opération Mamba. Et, au pays de Ali Bongo Ondimba, c’est la présidence de la République qui est décidée à asseoir cette nouvelle politique qui, si elle fascine le bas peuple, fait réfléchir les élites. Et terrorise des fonctionnaires qui étaient habitués à confondre les caisses de l’Etat aux dons du Bon Dieu. Sur ce continent où les hauts fonctionnaires milliardaires font légion, la volonté du président gabonais de ne pas laisser les élites spolier le peuple apparaît comme une révolution. Alors, comme toute nouveauté, la chasse aux « fonctionnaires voleurs », la possibilité de voir « des grands quelqu’un » menottés et présentés devant la barre comme de simples voleurs de poulets, fait peur et fascine à la fois.

En sa qualité de télévision panafricaine, Label TV -qui se veut la vitrine de cette Afrique en marche- a porté le débat et confronté les expériences. Dans le premier numéro de son émission « Le Talk, Mme Eva Mballa, la présentatrice vedette de la chaîne de Mactar Sylla, qui recevait M. Lin Joël Ndembet, le directeur de publications du quotidien l’Union, a passé en revue la situation des Etats africains confrontés depuis l’indépendance à ces questions. Au Gabon, en venant au pouvoir en 2009, Ali Bongo -qui succédait à son père, El’hadj Omar Bongo Ondimba-, avait placé son mandat sous le signe de la lutte contre le détournement des fonds publics. Après un premier mandat qui n’a pas permis de contraindre de nombreux prévaricateurs à rembourser des fonds soustraits au trésor public, le président gabonais est, cette fois-ci et à l’entame de son second mandat, décidé à traquer les malfaiteurs de deniers publics. Et les voir rembourser l’argent destiné à changer le quotidien du peuple avec des politiques sociales.

Craignant que cette opération gabonaise ne soit confondue à un règlement de comptes destiné à n’emprisonner que des opposants au régime, la télévision panafricaine a jugé nécessaire de poser le débat. De confronter les expériences des uns et des autres. Si au Cameroun de Paul Biya beaucoup de barons n’ont pas été inquiétés, à Dakar le défilé d’anciennes têtes couronnées du régime sortant a provoqué un choc émotionnel très fort. Le déclenchement de la lutte contre l’enrichissement illicite a poussé de nombreuses fortes personnalités que l’on croyait allergiques à Macky Sall, s’empresser de rejoindre l’APR et de jurer une fidélité servile aux nouveaux tenants du pouvoir. Alors qu’Abdoulaye Wade a créé de nombreux milliardaires grâce aux deniers publics, en dehors de Karim Wade, le fils de l’ancien président, peu de proches de l’ancien président n’ont été inquiétés.

Et pour Me Clédor Ciré Ly qui a défendu Karim Wade, l’ancien « ministre du ciel et de la terre », « c’est une hérésie que de vouloir juger d’anciens dirigeants pour des faits d’enrichissement illicite.» C’est aussi la position de Me Boubacar Cissé qui doute que les résultats annoncés par le gouvernement soient réellement obtenus ; même si tous les deux veulent voir punis les prévaricateurs de deniers publics. Pour tous les deux experts du droit pénal, la volonté de Macky Sall était, simplement, de « casser du Karim Wade. » « Malheureusement, ils n’ont pas réussi leur opération« , a conclu Me Clédor Ciré Ly

Laisser un commentaire