Syrie : « de l’aide humanitaire en échange de faveurs sexuelles »

    Syrie-ONU : "de l'aide humanitaire en échange de faveurs sexuelles"

    Une enquête révèle que des femmes ont été exploitées sexuellement en Syrie par des employés des agences de l’ONU et d’organisations caritatives internationales. Des humanitaires affirment que des employés des organisations caritatives ont eu à distribuer de la nourriture en échange de « faveurs sexuelles », dans ce pays empêtré dans une guerre civile depuis sept ans.

    Ce phénomène existe encore, malgré les mises en garde des organisations humanitaires contre les employés indélicats, selon deux journalistes de la BBC.

    Des agences des Nations unies et des organisations caritatives contactées par les journalistes affirment avoir mené une politique de « tolérance zéro » à l’égard des auteurs de cette forme d’exploitation. D’autres organisations disent n’avoir été au courant d’aucun cas d’abus sexuel mettant en cause leurs employés.

    Mais des travailleurs humanitaires ont déclaré à la BBC que l’exploitation sexuelle est tellement répandue que certaines femmes syriennes refusent d’aller dans les centres de distribution d’aide alimentaire.

    Le phénomène est répandu à telle enseigne que, dans la zone, des femmes sont soupçonnées de s’être livrées à de fines parties en échange de l’aide apportée à la maison, affirment certaines d’entre elles interrogées par les journalistes.

    Le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) a mené une enquête sur « la violence sexiste » dans la région, l’an dernier. Il découle de cette enquête que l’aide humanitaire était échangée contre des faveurs sexuelles, dans plusieurs gouvernorats syriens.

    « Des femmes ou des jeunes filles se sont mariées à des employés [des agences humanitaires] pour une courte période (…) pour recevoir des repas« , rapporte la BBC, citant un rapport du FNUAP sur la question, intitulé « Voices from Syria 2018 ».

    Danielle Spencer, conseillère humanitaire d’une organisation caritative en Syrie, affirme avoir discuté du sujet avec des femmes des régions de Daraa et Quneitra (sud-ouest), qui disent avoir bénéficié d’aide en échange de « faveurs sexuelles ».

    Certains travailleurs humanitaires « retenaient l’aide qui avait été fournie et utilisaient ensuite ces femmes à des fins sexuelles« , a déclaré Mme Spencer. Ces faits ont eu lieu il y a trois ans, selon elle.

    En juin 2015, l' »International Rescue Committee » (IRC) a interrogé 190 femmes et filles à Daraa et à Quneitra. Selon son rapport, environ 40% des personnes interrogées ont fait état de violences sexuelles exercées lors des périodes de distribution d’aide humanitaire.

    Les abus sexuels liés à la distribution de l’aide humanitaire ont été l’objet d’une réunion des agences des Nations Unies et des organisations caritatives internationales, à Amman, la capitale jordanienne, le 15 juillet 2015, rappelle la BBC.

    « Dans le cadre de nos opérations, nous avons lancé de nouveaux programmes, pour mieux protéger les femmes et les filles vivant dans le sud de la Syrie », affirme l’IRC. D’autres organisations ayant pris part à la réunion d’Amman ont promis d’être plus strictes avec les employés chargés de distribuer leur aide.

    BBC

    Laisser un commentaire