Séquestration, violence et voie de faits: Le marabout Cheikh Tidiane Ben Omar Niass accuse son talibé Chérif Abdourahmane d’avoir engrossé sa femme

Le marabout Cheikh Tidiane Ben Omar Niass devra purger 6 mois de prison ferme, peine que lui a infligée, hier, le tribunal des flagrants délits de Dakar. Il a été condamné pour avoir enlevé, séquestré et torturé son talibé Chérif Abdourahmane, de nationalité nigériane, qu’il a hébergé 2 ans durant dans sa maison aux Maristes, et qu’il a accusé d’avoir engrossé sa femme. Il doit allouer 2 millions F à sa victime.

Le marabout Cheikh Tidiane Ben Omar Niass, qui a comparu, hier, libre devant la barre des flagrants de Dakar pour les infractions d’enlèvement, séquestration, violences et voies de fait entrainant une incapacité temporaire de travail de 30 jours, a été condamné à 6 mois. Il devra aussi allouer la somme de 2 millions F à la victime pour ses dommages et intérêts. Il a résulté des débats d’audience que le prévenu avait hébergé, dans sa maison sise aux Maristes et pendant deux années, sa victime Chérif Abdourahmane de nationalité nigériane. Ce dernier étant son talibé (disciple), il l’a nourri et blanchi durant tout ce temps.

Il soupçonne le talibé d’être l’auteur de la grossesse de sa femme

On ne sait trop comment, Ben Omar Niass a appris que son épouse entretenait une relation adultérine avec le plaignant. Sur ce, il a pensé que la grossesse contractée par son épouse était l’œuvre du talibé. Dès lors, les relations entre maître et disciple sont devenues tendues. Ce qui a poussé Abdourahmane à déserter la demeure de son marabout, allant habiter à Thiès.

Le marabout fait une expédition punitive à Thiès avec 4 gros bras avec de fausses cartes professionnelles

N’empêche, Ben Omar était constamment hanté par le doute que sa femme l’a cocufié. Et pour tirer cette affaire au clair et obtenir des aveux, il a cherché l’adresse d’Abdourahmane. Il s’est alors rendu à Thiès, la nuit du 29 novembre dernier vers les coups de 20 heures, coïncidant avec le Gamou, accompagné de 4 gros bras, pour cueillir son talibé. Une fois chez ce dernier, munis de cartes professionnelles, Cheikh Tidiane Ben Omar Niass et ses gorilles se sont présentés à la partie civile comme étant des agents de la force publique, ayant l’aval du parquet de Thiès pour l’acheminer à Dakar. La victime ayant refusé d’obtempérer, ils l’ont ligotée et transportée dans un taxi pour Dakar.

Ils bastonnent, torturent et lacèrent le corps du talibé nigérian

Une fois aux Maristes, le calvaire d’Abdourahmane ne faisait que commencer, parce qu’il a été enfermé dans le salon de son kidnappeur. Cette nuit-là, dans le but d’obtenir des aveux, il a été bastonné, torturé, son corps lacéré, sans oublier les coups de coupe-coupe qu’il a reçus. Mais Abdourahmane n’a pas voulu reconnaitre être l’auteur de la grossesse de la femme de son marabout, malgré les sévices corporels. Du haut de la terrasse où ils l’ont conduit, le lendemain, vers 16 heures, il a fini par céder sous le coup de la torture.

Car, le marabout et ses complices ont voulu l’ébouillanter avec de l’eau chaude s’il persistait à nier. Quelques minutes plus tard, il réussit à s’échapper à la vigilance de son agresseur, et saute du haut de la terrasse. Conduit à l’hôpital, il s’est retrouvé avec un certificat médical qui mentionne une fracture ouverte de la main droite, des lacérations du corps et une Incapacité temporaire de travail de 30 jours.

Cheikh Tidiane Ben Omar Niass avoue : «Je le soupçonne d’être l’auteur de la grossesse de ma femme et c’est ce qui m’a fait mal»

Il dépose une plainte contre Ben Omar qui est entendu à la police, avant de bénéficier d’une liberté provisoire le 22 décembre 2017. Devant le tribunal des flagrants délits où il a été attrait hier, il a reconnu la séquestration tout en réfutant les violences et voies de fait. «La séquestration est avérée. J’étais avec 2 Marocains qui devaient se rendre au Gamou quand je suis allé le prendre et il a consenti à nous suivre. C’était pour qu’il s’explique devant la famille de ma femme sur sa grossesse.

Bilahi, walahil azim, je ne l’ai pas battu, ni ne lui ai administré des coups de coupe-coupe jusqu’à lui occasionner ces lésions. Non plus je ne lui ai pas versé de l’eau chaude. Il s’est fracturé la main à cause de la chute qu’il a faite du haut de la terrasse. Je le soupçonne d’être l’auteur de la grossesse de ma femme et c’est ce qui m’a fait mal», a confirmé le mis en cause, qui, à cause du doute qui le taraude, n’a toujours pas baptisé son enfant puisque son épouse a accouché le mercredi passé.

 
L’enfant toujours pas baptisé,

Interrogée, la partie civile Abdourahmane a indiqué que c’est Soukèye, une dame de la maison, qui a dit au prévenu l’avoir surpris en train d’entretenir des rapports sexuels avec sa femme. Avocat de la défense, Me Assane Dioma Ndiaye a réclamé 10 millions F de dommages, avant de s’étonner que le prévenu soit en liberté provisoire. La parquetière, qui s’est appuyée sur la constance des faits, a requis 6 mois de prison ferme pour le prévenu qui, selon elle, a voulu régler son problème sans recourir à la loi. Me Nohine Ndoye de la défense a demandé une application bienveillante de la loi pour son client qui n’a pas voulu être déshonoré, tout en ramenant la constitution de partie civile à de justes proportions. Au terme des débats, Ben Omar a été condamné à un an de prison dont 6 mois ferme. Aussi, il doit allouer 2 millions à Abdourahmane pour son préjudice.

Fatou D.DIONE (Stagiaire)

Laisser un commentaire