Séances plénières à huis clos à l’Assemblée : Le Synpics assène ses vérités

Le prétexte : la Covid-19. C’est la raison pour laquelle l’Assemblée nationale a décidé de tenir ses séances plénières à huis clos, pour freiner la propagation du virus.

Mais pour le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics), «à situation exceptionnelle, mesure professionnelle», alors que la demande de la levée de l’immunité parlementaire du député Ousmane Sonko est examinée en ce moment à l’hémicycle.
 
«L’accès à l’Assemblée nationale, ce jour, est une obligation professionnelle. A défaut, l’accès aux débats doit être assuré, malgré le contexte de Covid. Faire un live via les réseaux sociaux (Rs) ou, à défaut, exiger que la Rts fasse un direct accessible à tous !», a fait savoir le secrétaire général du Synpics.
 
L’organisation syndicale a ainsi «dénoncé avec la plus grande énergie la décision de la conférence des présidents de l’Assemblée nationale de ne pas prévoir l’accès des journalistes, pour un jour aussi important que ce vendredi 26 février».
 
Bamba Kassé d’insister : «Une levée de l’immunité d’un député est un évènement essentiel, et le public a le droit de suivre tous les débats !»

Laisser un commentaire