« Ce pays est dirigé par des gens qui sont dépassés par les enjeux du moment », Me Abdoulaye Tine

"Ce pays est dirigé par des gens qui sont dépassés

Le mouvement politique dirigé par l’avocat Me Abdoulaye Tine vient de s’élargir dans le milieu estudiantin. Après Bambey et Ziguinchor, c’est l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar qui a mis en place sa section estudiantine des jeunesses libérales et socialistes. Une occasion mise à profit, par le président de l’Usl, pour dénoncer les lois qui maintiennent Khalifa Sall en détention préventive.

L’Union Sociale et Libérale du Sénégal poursuit son opération de séduction et de massification. En conclave, ce samedi, à Dakar, les libéraux socialistes ont mis en place la troisième section estudiantine de leur mouvement. Après les universités de Bambey et Ziguinchor, ça a été le tour de Cheikh Anta Diop de mettre en place la cellule qui, à l’intérieur des facultés, va porter la voix de Me Abdoulaye Tine. Et redonner confiance à cette jeunesse trop longtemps abusée faiseur de rois. Mais jamais invités aux banquets de ceux qu’ils ont élus.

Avec la section Usl de l’Université de Dakar, donc, l’objectif est de tenter cette périlleuse mission qui est de « réconcilier le citoyen avec la politique», comme le voudrait leur président. Continuant sa conquête des cœurs, par la pédagogie d’abord, Me Abdoulaye Tine a déclaré aux nombreux étudiants venus l’écouter qu’ils n’ont pas à rougir de leurs camarades des universités occidentales.

« Vous êtes plus intelligents et mieux formés que la plupart de vos camarades de Harvard, de La Sorbonne et autres même si vos laboratoires ne répondent à aucune norme. Je suis un produit de cette université de Dakar. Avant vous, j’étais, il y a une quinzaine d’année en arrière, sur ces mêmes bancs. Et, si j’en suis arrivé à ce point, je le dois au Sénégal et aux Sénégalais qui ont payé mes études« , a déclaré Me Abdoulaye à des étudiants déjà convaincus par la cause.

Si cette « école sénégalaise est aujourd’hui décrite comme malade, par nos autorités, Me Abdoulaye Tine pense que « c’est le fait de ces mêmes politiciens qui ont abandonné leur mission. » Alors, si on veut reprendre le contrôle de ce pays et permettre à ses enfants de briller, comme à ses citoyens de se soigner convenablement, Abdoulaye Tine pense qu’il faut faire partir cette classe de politiciens professionnels qui sont dépassés par les enjeux de la mondialisation. Et dans cette option, l’engouement des jeunes à adhérer à l’Usl est une promesse de belles fleurs, pour le parti.

« Votre détermination à venir nous écouter conforte le sentiment que l’union sociale est un parti politique à implanter dans toutes les grandes universités et dans toutes les écoles de formation d’ici 10 ans. Parce que ces étudiants, qui seront les cadres de demain, seront les meilleurs ambassadeurs de notre cause« , a dit Me Abdoulaye Tine aux journalistes; au sortir de cette rencontre qui avait pour cadre l’enceinte de l’ENDSS, l’école qui forme les infirmiers et infirmières d’Etat. Aussi, Me Tine a précisé, que « ce parti n’est pas implanté, simplement, pour une seule élection. C’est un projet de société qui permettra à toutes les générations d’en bénéficier. »

Aussi, le pénaliste a profité des micros qui lui ont été tendus pour s’épancher sur le dossier Khalifa Sall, le maire de Dakar incarcéré depuis le 7 mars dernier à Reubeuss pour détournement de fonds publics. Trouvant cette détention «illégale», l’avocat spécialiste du droit pénal international a dit que « la détention du maire de Dakar est anticonstitutionnelle. Parce qu’elle ne respecte pas l’égalité des chances devant la juridiction qui est le tribunal. Il y a une rupture d’égalité : c’est à dire que la caution doit être fixée par rapport aux moyens du prévenu. Et le fait d’imposer une aussi importante caution à Khalifa Sall pour qu’il puisse bénéficier d’une liberté provisoire est une violation de la présomption d’innocence. Cela dit, la loi doit être changée. »

 

Laisser un commentaire