Libye: Le gouvernement de Tripoli annonce l’ouverture d’une enquête sur l’esclavage des migrants

Lybie: Le gouvernement de Tripoli annonce l'ouverture d'une enquête

Le reportage exclusif de CNN sur la détention et la vente des migrants africains en Libye n’est pas passé comme lettre à la poste. Après avoir pris le temps de regarder les images, le gouvernement de l’union nationale de Libye a annoncé avoir ouvert une enquête. Et le ministre des Affaires Etrangères du gouvernement de Tripoli a menacé de sanctionner lourdement les responsables de ces actes barbares.

C’est un Mohamad Taher Siala très en colère qui a fait parvenir un communiqué à la presse internationale, cet après midi, à Tripoli. Très affecté par les condamnations dont son pays fait l’objet auprès de la communauté internationale, le ministre des Affaires Etrangères a fait une sortie très musclée contre les trafiquants d’êtres humains.

Dans ce communiqué publié en plusieurs langues, il a déclaré  que son pays suivait “avec une grande attention les rapports des médias sur l’exploitation des migrants clandestins par des criminels en Libye.» Soutenant que “ces faits criminels évoqués par le reportage de CNN sont contraires aux valeurs et traditions libyennes”, le ministre a promis que “si ces allégations sont confirmées, toutes les personnes impliquées dans ces crimes seront punies.»

Cette déclaration du gouvernement de l’union, gouvernement reconnu par les Occidentaux comme par l’Onu et contesté par celui de Tobrouk dirigé par le général Khalifa Haftar, est un bol d’air qui permet d’espérer de voir finie cette pratique inhumaine, sur cette partie Ouest de la Libye. Parce que, si le gouvernement de Tripoli, issu du CNT libyen -soutenu en premier par Abdoulaye Wade, alors président de la République du Sénégal- contrôle l’Ouest jusqu’aux frontières tunisienne et algérienne, il n’a par contre aucun contrôle sur l’Est -dirigé par Khalifa Aftar.

Et le reste comme le sud du pays qui sont gouvernés par de puissants clans qui ont toujours tiré leurs revenus de toutes sortes de trafics: être humains, bétails, contrebande d’armes et de cigarettes. En dehors de la région tripolitaine, aucune condamnation n’a été entendue sur cette pratique répandue au sud où, depuis des siècles, les Béla sont considérés comme des esclaves appartenant aux maures.

Depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, les passeurs, profitant du vide sécuritaire et d’une impunité totale en Libye, font miroiter à des dizaines de milliers de personnes cherchant une vie meilleure un passage vers l’Italie qui se trouve à 300 kilomètres des côtes libyennes.

Selon les derniers chiffres de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), près de 156.000 migrants et réfugiés sont arrivés en Europe par la mer depuis le 1er janvier (contre près de 341.000 durant la même période en 2016), dont 73% en Italie. Près de 3.000 sont morts en tentant la traversée.

Cette condamnation du gouvernement de Tripoli, si elle est suivie par un début d’exécution des menaces, permettra la libération immédiate de centaines de détenus. Mais, le ministre des Affaires Etrangères a rendu son discours moins audible, en profitant de l’occasion pour demander à l’Union Européenne de “respecter ses engagement envers son pays”. Et à cesser cette politique de l’autruche.

Pour rappel, face aux vagues migratoires, l’union européenne avait décidé de construire des centres d’accueil sur le sol libyen pour les migrants candidats à l’immigration. Là-bas, des délégués de l’UE devaient venir étudier les dossiers des demandeurs d’asile et sectionner qui ceux pouvaient bénéficier de l’asile politique ou pas, en Europe.

Les déboutés devant être rapatriés chez eux. Mais face aux problèmes d’insécurité notés en Libye, l’union européenne est en train de vouloir faire machine arrière sur ces investissements. Et le gouvernement Libyen a profité de cette histoire d’esclavage pour rappeler à l’UE l’urgence de mettre en place ces centres sur son sol. Et d’investir pour que les Libyens puissent commencer à faire le tri.

 

Laisser un commentaire