La réaction de l’epouse de Daouda Manga aprés avoir entendu la nouvelle

La réaction de l'epouse de Daouda Manga

Le défunt époux de Fata Diainé, Daouda Manga, âgé de 54 ans partait dans la forêt pour chercher du bois de chauffe pour sa femme. Un temps porté disparu, après le massacre des bayottes en Casamance, son corps a été repéré, hier jeudi par les militaire, et enterré à la lisière de foret de Toubacouta.

Après avoir entendu la nouvelle, à la radio, l’épouse est restée inconsolable. Sans le dire vertement, elle pensait que son mari n’a pas survécu à la tuerie le 6 janvier dernier dans le Sud du pays. «Je suis restée plus de six jours sans savoir si mon mari, Daouda Manga, qui s’était rendu dans la forêt à la recherche de bois mort, était vivant, capturé ou tué. Toute la famille était mobilisée pour traverser ce moment difficile. Ces six jours ont été les plus pénibles de ma vie. Toute la famille était mobilisée pour traverser ce moment difficile. »  A dit la veuve rencontré par la rédaction de DakarActu à Ziguinchor.

Poursuivant son témoignage, elle a déclaré « j’ai appris la triste nouvelle quand j’ai vu les membres de ma famille fondre en larmes. C’est alors que j’ai compris, tout de suite, que je venais de perdre mon mari. Par la suite, mes proches m’ont informée qu’il avait été tué dans ce massacre du 6 janvier. Daouda Manga était un mari de référence », selon Fata Diaine son mari a toujours couru pour les besoins de sa famille.
«J’ai toujours affiché une attitude de soumission, d’obéissance à mon mari, parce qu’il m’a toujours soutenue et s’occupait, sans retenue, de ses enfants. Je ne pouvais imaginer qu’en se rendant ce jour-là dans la forêt, je n’allais plus revoir mon Daouda. Et que lui n’allait pas revoir ses enfants», a t-elle regretté au sujet de celui qui, toute leur vie de couple durant, «a toujours vécu, en cherchant à subvenir aux besoins de sa famille, même au péril de sa vie».

Laisser un commentaire