Khalifa Sall: Seconde comparution du maire de Dakar vers un nouveau renvoi

C’est, ce matin que le tribunal spécial de Dakar va se tenir pour tenter de faire jaillir une vérité judiciaire dans ce qu’il est convenu d’appeler, désormais, « l’affaire de la caisse d’avance ». Dans le bloc des accusés, se tiendront Mbaye Touré, le DAF de la mairie de Dakar accompagné de 6 autres prévenus dont le premier magistrat de la capitale sénégalaise, Khalifa Sall.

En détention préventive depuis le 7 mars 2017, les mis en cause sont poursuivis pour détournement de deniers publics, faux et usage de faux et association de malfaiteurs… Dans son réquisitoire introductif, le procureur a signifié que le groupe a commis des malversations portant sur la somme de 1 milliard 8 cents millions de F CFA. Khalifa Sall -qui dispose d’une caisse d’avance- est accusé d’avoir détourné, chaque mois et depuis des années, la somme de 30 millions de F CFA que son DAF, Mbaye Touré, lui remet toutes les fins de mois.

En échange, le maire de Dakar, Khalifa Sall, en complicité avec le reste de la bande utiliserait de fausses factures d’un GIE -qui n’existe plus, pour se faire établir de faux justificatifs et tenter de prouver des achats qui n’auraient jamais existé. Arrêté en mars dernier, le groupe a été inculpé et placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Reubeuss. Et depuis lors, si le camp du maire de Dakar crie au complot et dénonce la volonté de Macky Sall et de son régime d’écarter « un opposant redoutable« , la vérité des faits incriminés, elle, est terrible pour les accusés. Et le maire de Dakar l’a, en partie, reconnu; tout en demandant à la rue d’être son bouclier pour le soustraire du glaive de la loi.

Le contenu du dossier d’accusation montre, sous un jour nouveau, comment, sous le couvert de leurs mandats, des élus peuvent s’enrichir rapidement. Illégalement. Pour ne pas faciliter la tâche au maire de Dakar, le patron de son mouvement politique, Ousmane Tanor Dieng (PS), encarté dans le régime en place, sert d’assistant aux exécuteurs de son ami, Khalifa Sall. Cette entente entre l’exécutif et « les Amis de Khalifa Sall » est si profonde que ce sont ces mêmes socialistes qui ont précipité l’exclusion de Khalifa Sall et compagnie des rangs du PS, à la veille de ce second rendez-vous du palais de justice de Dakar.

Elu député, le 30 juillet dernier, alors qu’il était en détention préventive, Khalifa Sall aurait dû être libéré aussitôt, comme l’exige la loi. Les législateurs sénégalais ont clairement stipulé que « au cours des séances parlementaires, aucun député ne peut être convoqué, arrêté ou détenu par la police comme par le procureur de la République. »

Mais, décidé à en finir avec cet opposant qui a gagné, à deux reprises, la mairie de Dakar sous les régimes de Abdoulaye Wade -contre Karim Wade- et sous Macky Macky Sall -avec Mimi Touré toute puissante Premier ministre- l’Exécutif ne s’est pas encombré de ses considération légales.

Bassirou Guèye, le procureur de la République, comme le ministre de la justice, Sidiki Kaba -suivis plus tard par toute la machine à communiquer de l’APR et de Benno- sont sortis de leurs bureaux climatisés pour annoncer que « Khalifa Sall ne pouvait prétendre à cette disposition de la loiPuisqu’au moment de son arrestation il n’était pas encore député, il ne peut se prévaloir des privilèges de l’article 61 de la Constitution » avaient déclaré les francs tireurs.

Quelques semaines plus tard, en catimini, ce même procureur a saisi Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale, pour lui demander de lever l’immunité parlementaire de son collègue, Khalifa Sall pour sa traduction devant un tribunal correctionnel.

Comme l’opinion s’y attendait, Moustapha Niasse -qui est aux ordres du palais- s’est plié aux injonctions de la chancellerie. Convoqué le mercredi 22 novembre, à 17 heures à une audition devant la commission formée par l’Assemblée nationale afin de statuer sur une éventuelle levée de son immunité parlementaire, Khalifa Sall n’a pu être présent pour se défendre.

Le problème, c’est qu’il est détenu à la prison de Rebeuss depuis plus de huit mois. « Il n’est donc pas libre de ses mouvements et n’a pas le droit de répondre à la convocation d’une personne autre qu’un juge », ont rétorqué ses avocats dans un courrier daté du lundi 20 novembre et adressé à Aymerou Gningue, président de la commission ad hoc.

Qu’à cela ne tienne! Puisque le palais a voulu la levée de son immunité parlementaire, il a fini par l’obtenir. Le 25 novembre dernier, après des heures de débats houleux, le président Moustapha Niasse a fini par obtenir un blanc seing pour livrer Khalifa Sall à ses juges. 125 députés de la majorité ont voté la levée de l’immunité parlementaire contre 25 parlementaires. Et, c’est cela qui a facilité la première présentation de Khalifa Sall devant le tribunal correctionnel de Dakar.

A la veille de la rencontre de ce matin, Kewoulo a appris que le juge Maguette Diop qui avait présidé la première séance a cédé sa place au juge Malick Lamotte, actuellement maître de tous les dossiers chauds; c’est lui qui préside les audiences des présumés terroristes dont l’imam Alioune Ndao de Kaolack. Sa rencontre avec Khalifa Sall, ce matin, risque d’être brève: de nouveaux avocats du Cameroun comme de la France sont arrivés dans le dossier. Et tout ce beau monde a besoin de prendre connaissance du contenu de la pile de dossier de l’accusation. On va tout droit vers un second renvoi de ce procès prévu pour être expéditif….

Laisser un commentaire