Justice: Après plus 10 ans de dilatoire, Youssou Guèye est enfin tombé pour l’escroquerie du tunisien Mohsen Dridi

Justice: Après plus 10 ans de dilatoire

Bout du tunnel pour Mohsen Dridi et début des emmerdes pour l’homme d’affaire sénégalais, Youssou Guèye? Après presque 10 ans de dilatoire et après avoir usé et abusé de la protection de ses relations, policiers, gendarmes, magistrats et hommes politiques, l’encombrant ami, Youssou Guèye, est tombé la veille de la tabaski. La section de recherches de la gendarmerie nationale, qui est allée le cueillir, en exécution d’un mandat d’arrêt délivré par un juge, lui reproche une vielle affaire d’escroquerie qui l’avait opposé au tunisien Mohsen Dridi. Retour sur une vielle affaire oubliée de tous et qui risque, aujourd’hui, de faire des dégâts…

C’est une vielle affaire d’escroquerie qui a valu à «l’homme des affaires» Youssou Guèye son interpellation et son placement sous mandat de dépot à la maison d’arrêt et de correction de Dakar. Cueilli par une équipe de la Section de Recherches, «l’homme des affaires» n’a pas, cette année, eu l’occasion de fêter tranquillement  la tabaski avec les siens. Et, il aura tout le temps pour réfléchir sur son sort dans cette sordide cellule de Reubeus qui est, désormais, son environnement. Pour en arriver à ce résultat, long et difficile a été le chemin pour Mohsen Dridi, ce tunisien de 70 ans  à l’origine de la plainte qui vaut, aujourd’hui, à Youssou Guèye son interpellation et sa détention.

Commerçant en Arabie Saoudite, depuis 1975, et effectuant depuis peu des allers-retours entre l’Europe et le Sénégal où il convoie des conteneurs de marchandises, Mohsen Dridi avait, au début des années 2010, décidé d’investir toutes ses économies dans le commerce de pierres précieuses : de l’or et du diamant. C’est dans ce cadre-là qu’il a fait la connaissance d’un certain Youssou Guèye, présumé propriétaire d’une « compagnie d’aviation: Air Assistance, Afrique Sénégal. » A en croire le témoignage de Mohsen, il avait signé «un accord de partenariat avec cette compagnie sénégalaise et payé la somme de 350 millions de F CFA à Youssou Guèye qui devait convoyer la marchandise pour amoindrir les coûts. »

Mais, alors qu’il attendait sa cargaison d’or, Mohsen va apprendre que sa marchandise aurait été envoyée au Mali, « pour le mettre à l’abri. Parce que des frais de douanes risquaient de s’appliquer si la marchandise était resté plus de deux mois à l’aéroport de Dakar. » C’est à Bamako qu’il a compris le traquenard dans lequel il s’était engagé. « A l’entrepôt indiqué, j’ai retrouvé mes cargaisons. Mais, alors que je m’attendais à recevoir de l’or, les gardiens m’ont dit que les sacs ne contenaient que du sable. Et qu’il est destiné à la construction d’une mosquée. » Révolté par cette découverte, le tunisien est revenu au Sénégal et, par l’entremise de son avocat, Me Ibrahima Guèye, il a porté plainte pour escroquerie et abus de confiance. Et s’attendait à quitter le Sénégal, le cœur lourd. Mais, alors qu’il croyait avoir tout vu de ce fameux Youssou Guèye, Mohsen Dridi aura la surprise de sa vie : arrêté par des gendarmes en civil venus spécialement le cueillir à l’aéroport de Dakar.

« C’est à la suite d’un mandat délivré par le doyen des juges. Parce que j’ai été accusé de trafic d’or et de diamants. » A déclaré Mohsen Dridi dans une vidéo que Kewoulo a visionnée. Conduit à la brigade de Recherches, il a été entendu par le colonel Moussa Fall, alors patron de la Légion Ouest. « Au début, le colonel Fall a été très dur avec moi. Mais, après avoir passé des nuits à m’interroger, j’ai découvert la grandeur d’âme de cet homme. Face à mon désarroi, il m’a offert 100.000 F CFA pour que j’ai de quoi manger. Et, alors que c’est moi l’accusé que les complices de Youssou Guèye voulaient voir en prison ou expulsé du Sénégal, les rôles ont été inversés. Et les gendarmes ont arrêté Youssou Guèye. » A témoigné Mohsen Dridi. Nous étions en 2010 et commençait alors un autre combat: il fallait contraindre Youssou Guèye à rembourser les sommes dépensées ou à croupir en prison.

« Le colonel Fall m’a dit: cherche-toi des alliés parce que ce gars est bien protégé. Aussitôt, j’ai contacté mon ambassade comme le Consulat de la Tunisie au Sénégal pour m’aider.  Mais,  personne n’a bougé. J’ai par contre bénéficié de nombreux soutiens au Sénégal jusqu’à Me Madické Niang, l’ancien ministre de la justice, qui a maintenu Youssou Guèye en prison pendant 2 ans. Mais aussi, de nombreuses personnalités sénégalaises. J’ai tout perdu dans cette affaire. Je suis tombé malade en Mauritanie et on m’a coupé une jambe parce que la plaie avait gangrené. » S’est souvenu Mohsen. Et alors qu’il est désespéré, aujourd’hui, et ne vit que grâce à l’aide de ses amis et relations, Mohsen Dridi a appris cette semaine l’arrestation de l’homme qui l’a plongé dans la misère. Et compte cette fois ci que la justice sénégalaise ira au bout de la procédure lui permettant de récupérer ses sous.

Mais, comme l’a découvert Kewoulo, ce que ignore Mohsen, c’est que l’homme avec lequel il est entré en affaires est un escroc très bien connu de la haute administration sénégalaise. Et protégé, depuis très longtemps, par des magistrats comme par de hautes personnalités proches du régime d’Abdoulaye Wade. Pour rappel, c’est cet homme-là qui avait fait l’objet dans les années 2000 de ce que la Douane, sous le règne de Jean Jacques Armand Nanga, croyait être la prise du siècle. Cette année-là, les douaniers avaient découvert une fosse septique contenant des lingots que Youssou Guèye présentait, à ses victimes, comme de l’or. « En réalité, c’était du bronze maquillé pour tromper ses clients« , se souvient un enquêteur de la gendarmerie ayant travaillé sur l’affaire.

Avant cette affaire, Youssou Guèye avait, en de nombreuses reprises, fait l’objet d’arrestation à cause de ses activités illicites. Mais, aussitôt arrêté, il s’est toujours arrangé pour sortir de prisons et reprendre ses activités délictuelles. « Son mode opératoire était de remplir des sacs ou des mallettes avec du sable marin. Ensuite, il mettait des couches d’or pur sur ce sable pour les remettre aux clients. Comme ces derniers ne s’arrêtaient que sur la surface de la marchandise, c’est une fois chez eux qu’ils découvraient l’escroquerie. » Se rappelle un magistrat qui ne veut pour rien au monde être cité dans notre enquête. Par peur de représailles ou pour ne pas gêner des amis. Parce que l’homme que la Section de recherches est allé cueillir, pour le mettre en prison, est, en plus d’être un as de l’escroquerie, un malfaiteur qui a le bras aussi long que Al-Capone.

Nous reviendrons sur le parcours de l’homme…..

PARTAGER
Article précédentFc Bracelone : Une offre au Psg de Neymar avec option de rachat se prépare
Article suivantRévélation: Le commissaire Mamadou Tendeng s’était opposé à la nomination de El Capo comme…
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

LAISSER UN COMMENTAIRE