Révélation: Le commissaire Mamadou Tendeng s’était opposé à la nomination de El Capo comme…

Révélation: Le commissaire Mamadou Tendeng

Ce protégé de l’actuel Directeur général de la Police nationale (Dgpn), l’inspecteur général de police Ousmane Sy, a eu à servir dans plusieurs services de la police: Grand Dakar, Point E, la Division de la surveillance territoriale (Dst) – le fameux service des renseignements généraux. Mis au banc des accusés dans le meurtre du ‘’jakartaman’’ Mafatim M. Mbaye, le chef de la brigade de recherches du poste de police des Parcelles Assainies de Thiès, est dépeint comme un agent spécial. 

Selon le journal « Enquête », c’est à la faveur de la nomination de l’Inspecteur général de police Ousmane Sy, à la tête de la Dgpn, que sa carrière a pris l’ascenseur. Il a été affecté au poste de police des Parcelles Assainies de Thiès comme chef de la brigade de recherches. 

Mais cette nomination, rapportent nos interlocuteurs, s’est heurtée au veto de l’ancien commissaire central de Thiès, Mamadou Tendeng. Puisque le policier en ‘’dreadlocks’’ est connu pour ses frasques, ses histoires de mœurs et son comportement ‘’suspect’’ envers certains trafiquants. 

Ainsi, d’après plusieurs sources, le commissaire était farouchement opposé à l’admission de Makha Diop au poste de police des Parcelles Assainies. Lorsqu’il s’est résolu à accepter cette décision, il aurait instruit le chef du poste de police, le capitaine Babacar Mbengue, de demander à Makha de raser ses rastas et de se présenter en tenue correcte pour sa prise de service. 

Se vantant de sa proximité avec le nouveau patron de la police, Makha a refusé d’obéir aux instructions, dit-on. En conséquence, le capitaine Babacar Mbengue, sur instructions du commissaire central de Thiès, aurait refusé de recevoir Makha Diop. ‘’La suite a fait trop de bruit, dans les rangs de la police, avec les affectations incompressibles et précipitées du commissaire Tendeng et du capitaine Babacar Mbengue’’, dit-on. 

Juste après leurs départs, Makha Diop a été installé avec ses dreadlocks et sans tenue, d’abord au Commissariat central, puis au poste de police des Parcelles-Assainies comme patron de la brigade de recherches. Makha se serait même vanté, dans les rues de Thiès, d’avoir bouté hors de Thiès, ceux qui s’étaient opposés à son intégration au commissariat de Thiès. D’après nos interlocuteurs, le remplaçant du commissaire Tendeng a été briefé par rapport à cette situation, mais sans effet.

LAISSER UN COMMENTAIRE