Immigration: Des milliers de Sénégalais menacés d’expulsion du Congo Brazzaville

Immigration: Des milliers de Sénégalais

Après l’Union européenne qui ne veut plus de migrants économiques sur son territoire, c’est le Congo qui se prépare à chasser des Africains non désirés sur son sol. A en croire un officier supérieur de l’armée de Denis Sassou-Nguesso, un projet confidentiel de rafle générale est dans les circuits. Et il vise les étrangers en situation irrégulière sur le territoire congolais.

Soucieux de la mauvaise publicité que cela pourrait créer à son pays -et certainement par amour pour les Sénégalais-, cet officier supérieur a pensé bien faire, en informant un haut représentant local du Sénégal, à Pointe Noire, sur l’imminence de la mise à exécution du controversé projet.

Tous les étrangers non détenteurs de la carte de séjour seront, à partir de janvier 2018, arrêtés et expulsés du Congo. Et tous les nouveaux arrivant n’auront pas de carte de séjour. Et tous ceux qui auront séjourné pendant plus de 3 mois, dans le pays, seront expulsés“, a déclaré l’officier supérieur congolais au représentant sénégalais. Aussi, le Congo qui fait face à des problèmes de sécurité pense que les étrangers sont à l’origine de nombreux actes criminels dans le pays.

Et, alors que “la fuite” est une confidence faite à un proche, voilà que la nouvelle est partagée dans tout le pays. Contrairement à l’effet de surprise voulu par le gouvernement congolais, c’est la très forte communauté sénégalaise de Brazzaville et des autres villes du Congo qui s’est partagée l’enregistrement via les réseaux sociaux.

Informée, il y a plusieurs semaines, de cette situation, la rédaction de Kéwoulo.info a entrepris des recoupements pour voir si l’information était fiable. Et, après plusieurs jours d’enquête, il ressort de nos différentes auditions que “c’est un enregistrement audio fait par une voix féminine, alertant une autre autorité sénégalaise, qui a été partagé dans la communauté sénégalaise du Congo.”

Un enregistrement confidentiel publié par un député

En possession de cet enregistrement, nous avons cherché à connaître son authenticité. Et de fil en aiguille, la rédaction de Kewoulo a découvert que la voix en question est celle de Mme Batoura Kane Niang, l’ambassadrice du Sénégal au Congo. Selon un officiel sénégalais qui a requis l’anonymat, “l’ambassadeur, qui était en déplacement, a fait cet enregistrement à son collègue, le député des Sénégalais de l’Afrique centrale, pour avoir son avis sur cette question plus que sensible.

Et, en possession de l’information, le député Ibrahima Sall -qui était en session parlementaire à Dakar-a  pensé nécessaire de partager cet enregistrement dans les groupes WhatsApp dans lesquels il est affilié. Comme le Sénégal compte plus de 15.000 ressortissants au Congo, l’information a fait florès.

Et la panique s’est aussitôt installée dans le camp des nouveaux venus et des sans-papiers. Si au ministère des Affaires Etrangères du Sénégal on s’offusque de la large diffusion de cet audio, le personnel diplomatique croit que “le Congo ne mettrait jamais à exécution ses menaces.

Le commerce comme de nombreux secteurs de l’économie à Brazzaville comme à Pointe Noire sont contrôlés à presque 70% par des Sénégalais. Alors, je ne comprends pas comment ils pourront rapatrier tout ce beau monde. Et mettre leur économie à genou. A cela, il faut savoir que le rapatriement forcé d’une personne coûte très cher avec les billets d’avion et consorts, nous ne voyons pas comment le Congo, qui est confronté à de véritables problèmes de trésorerie, pourrait se permettre ce risque“, a déclaré un diplomate sénégalais sous couvert de l’anonymat.

Des cartes de séjour à 130.000 F.CFA

Contrairement à ce que craignent les Sénégalais de Brazzaville, ce diplomate pense que “le gouvernement congolais veut renflouer sa trésorerie qui est très tendue en ce moment. C’est pourquoi, il a lancé ce ballon de sonde.”

Pour lui, comme pour ses collègues du ministère des Affaires Etrangères, “le Congo veut créer la panique générale pour que les Africains, sur son sol, aillent, en masse, se faire régulariser. Chaque carte de séjour coûte 130.000FCFA. Alors, imaginez combien l’Etat va amasser si, ne serait que, les 15.000 Sénégalais seulement décidaient de régulariser leur situation administrative?”

Pour le moment, s’il se refuse de communiquer sur la bourde causée par le député Ibrahima Sall -qui a diffusé une communication censée être privée-, le gouvernement sénégalais tend une oreille attentive à ses compatriotes de l’Afrique centrale. Déjà empêtré dans le bourbier libyen où il cherche à récupérer ses enfants naufragés de l’Eldorado et menacé d’être vendus en esclaves, le Sénégal appréhende mal une crise humanitaire qui pourrait venir de l’Afrique centrale et australe où vivent d’importantes communautés sénégalaises.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire