Harry et Meghan Markle, l’interview des fiançailles : De si tendres confidences

0

c avait le privilège de recueillir les premières déclarations officielles du couple suite à l’annonce de son mariage en 2018.

C’était une soirée cosy & poulet rôti ; il a mis un genou à terre, elle a vite dit oui pour la vie…Quelques heures après l’annonce de leurs fiançailles par le secrétariat du prince Charles, le prince Harry, 33 ans, et Meghan Markle, 36 ans, sacrifiaient dans la soirée du 27 novembre 2017 au rituel de la première interview conjointe, accordée à la journaliste Mishal Husain, populaire présentatrice quadragénaire du programme Today. Les premières véritables confidences d’un couple dont l’amour, qui passionne depuis plus d’un an le grand public, s’affiche au grand jour avec plus de naturel que jamais : « Je suis tombé amoureux de Meghan si incroyablement rapidement, s’extasie d’ailleurs Harry. Toutes les planètes étaient alignées, tout était tout simplement parfait. Cette femme magnifique a comme surgi dans ma vie et je suis tombé dans la sienne. »

La demande en mariage: romantique… dans les effluves du poulet rôti

En début d’après-midi, les heureux fiancés s’étaient brièvement présentés, ivres d’amour, devant les photographes de presse conviés à immortaliser cette journée spéciale dans les jardins du palais de Kensington, plus précisément dans le sunken garden (« jardin immergé ») et devant le bassin que Lady Diana aimait tant. Harry avait alors avoué être « aux anges » mais était resté mystérieux concernant la demande en mariage – « romantique évidemment », avait-il seulement glissé, faisant comiquement mine d’être piqué au vif. Ce moment si particulier, Meghan et lui l’ont évoqué sans réserve et avec tendresse au cours de leur entretien avec Mishal Husain, main dans la main et amoureusement collés l’un à l’autre sur un canapé de leur home, sweet home.

« C’était il y a quelques semaines, plus tôt ce mois-ci, ici dans notre cottage [le Nottingham Cottage, résidence indépendante que le prince Harry occupe au palais de Kensington et où Meghan Markle s’installe officiellement, NDLR]. C’était juste une soirée comme les autres, pour nous », commence-t-il. « Juste une soirée cosy, poursuit-elle. Qu’est-ce qu’on faisait… On était en train de faire un poulet rôti [« On essayait de faire rôtir un poulet », intervient-il, NDLR]… On essayait de faire rôtir un poulet et cela a été une incroyable surprise. C’était si doux, si naturel et très romantique. Il a mis un genou à terre. » « Bien sûr », réagit-il avec orgueil.

Elle ne m’a même pas laissé finir !

Des instants romantiques que Meghan Markle a d’ailleurs bien failli voler à son prétendant, trop pressée de répondre oui à sa question ! « Elle ne m’a même pas laissé finir, elle a dit : « Je peux dire oui ? Je peux dire oui ? » Puis il y a eu des câlins et j’avais la bague à la main et j’étais là, genre : « Je peux te donner la bague ? » Et elle : Oh ?! Oui, la bague ! », relate Harry avec amusement. « C’était vraiment un super bon moment, rien que nous deux, et je crois que j’ai réussi à la prendre par surprise », ponctue-t-il plus sérieusement.
Il eut été dommage que le prince Harry ne parvienne pas à mettre la bague au doigt de Meghan Markle, car il s’est donné la peine de la concevoir lui-même en collaboration avec la maison de joaillerie Cleave and Company (qui a l’agrément royal et façonne bijoux et médailles pour la reine Elizabeth II). Une bague en or jaune sertie d’une trilogie de diamants qu’il a créée sur mesure pour elle : « La bague, commente-t-il, est bien sûr en or jaune parce que c’est ce qu’elle préfère, et la pierre principale, je me la suis procurée au Botswana [où le couple a passé du temps l’été dernier, NDLR]. Les petits diamants de chaque côté viennent de la collection de bijoux de ma mère, de sorte qu’elle est avec nous pour ce périple fou ensemble. » « Elle est magnifique et il l’a conçue, c’est incroyable », s’émeut Meghan. « Ouais, assure-toi qu’elle reste à ce doigt », reprend Harry, taquin.

« Diana et Meghan auraient été comme les deux doigts de la main »

L’évocation de Diana, à ce stade, est incontournable. « Je crois, poursuit Meghan, que tout ce qui concerne le côté attentionné d’Harry, et l’inclusion de cela et le fait bien sûr que je ne puisse pas connaître sa mère, c’est très important pour moi de savoir qu’elle fait partie de cela avec nous. Et je pense que le fait de pouvoir rencontrer ses tantes et aussi des personnes comme Julia [Samuel, amie intime de la princesse Diana, NDLR] et d’autres qui étaient si importantes pour sa mère, cela me permet, d’une certaine manière, de connaître un peu d’elle à travers ces gens-là et à travers lui, bien sûr. Et c’est incroyablement spécial. Pouvoir avoir ce genre de liens, y compris avec le Botswana qui est important pour nous, c’est parfait. »
La journaliste demande alors à Harry ce que sa défunte mère aurait pensé de sa future épouse. « Oh, elles auraient été comme les deux doigts de la main, aucun doute là-dessus, répond-il. Je pense qu’elle serait sur un petit nuage, à sauter de joie, trop heureuse pour moi, et puis, comme je l’ai dit, elles auraient probablement été les meilleurs amies du monde avec Meghan. Un jour comme aujourd’hui, où ça me manque vraiment beaucoup de ne pas l’avoir dans les parages et de ne pas pouvoir partager l’heureuse nouvelle avec elle. Mais bon, avec la bague et tout le reste, je suis sûre qu’elle… [« Elle est avec nous », intervient Meghan]. Ouais, je suis sûr qu’elle est avec nous, à faire des bonds dans tous les sens où qu’elle soit. »
De son côté, Harry n’a que du bien à dire de Doria Ragland, la mère de Meghan Markle, que le public a pu voir auprès de lui lors des Invictus Games au mois de septembre et qu’il juge « fantastique ». Quant à Thomas Markle, le père de sa bien-aimée, il lui a seulement parlé à plusieurs reprises, mais n’a pas encore pu le rencontrer. Des beaux-parents qui ont exprimé leur joie immense suite à l’annonce des fiançailles.
A défaut de Diana, Meghan Markle a pu faire la connaissance de la reine Elizabeth II et du duc d’Edimbourg, qu’elle a rencontrés à plusieurs reprises. Même les corgis de la monarque l’ont adoptée immédiatement – si ça, ce n’est pas une bénédiction ! « J’ai passé les 33 dernières années de ma vie à me faire aboyer dessus, et celle-là, elle débarque, et rien », peste avec humour le prince Harry. « Couchés sur mes pieds pendant le thé, c’était adorable », confirme sa fiancée, maîtresse de deux chiens, Bogart et Guy, qu’elle a recueillis (on les disait en quarantaine après leur arrivée sur le sol britannique, elle révèle en fait que l’un est là depuis un moment et que l’autre a été confié à de proches amis). Elle a rencontré aussi le prince Charles, et, bien entendu, le duc et la duchesse de Cambridge, ses nouveaux voisins au palais de Kensington. Kate « a été merveilleuse », souligne-t-elle d’ailleurs. Harry se félicite, à ce sujet, d’avoir reçu un « fantastique soutien » de tout son entourage et de leur totale discrétion pendant les premiers mois de leur histoire d’amour, alors secrète. « Que personne n’en ait rien su est un miracle en soi », remarque-t-il. Grâce à la loyauté de leurs proches, les deux amoureux ont pu bénéficier de « presque six mois d’intimité, ce qui était génial », note à son tour Meghan

On a fait en sorte que ça fonctionne

Après leur première rencontre à la fin du printemps 2016, par l’entremise d’une amie mutuelle dont ils taisent le nom afin de la protéger de l’engouement médiatique, Harry et Meghan s’étaient revus deux fois à Londres au mois de juillet. Un petit mois plus tard, le prince réussissait à convaincre la demoiselle de venir passer cinq jours avec lui au Botswana. « On dormait dehors ensemble l’un avec l’autre, à la belle étoile, c’était absolument fantastique », se remémore-t-il. Meghan se souvient d’avoir apprécier de « prendre le temps de parcourir le pays et tout simplement de parler ». Depuis lors, ils ne sont jamais restés plus de deux semaines sans se voir, confie Meghan : « On a fait en sorte que ça fonctionne », se félicite-t-elle.
A présent que plus rien ne les sépare, on ne doute pas que cela n’en fonctionnera que mieux encore. « Toutes les planètes sont alignées », pour paraphraser Harry…

Laisser un commentaire