La Grèce montre les crocs face à la Turquie

La Grèce montre les crocs

Le ministre grec de la Défense a tenu ce dimanche 25 mars un discours aux accents martiaux, à l’image des derniers échanges avec le grand voisin turc. La relation entre les deux pays sera au cœur des échanges entre le président turc Recep Tayyip Erdogan et les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen ce lundi 26 mars en Bulgarie.

Panos Kammenos s’est exprimé lors de la fête nationale en Grèce, qui marque son indépendance de l’Empire ottoman. Place Syntagma à Athènes, le ministre grec de la Défense a déclaré que « les forces armées du pays sont prêtes à faire face à toute atteinte à la souveraineté nationale et à l’intégrité territoriale du pays ». « Quiconque osera défier la souveraineté nationale sera écrasé », a-t-il ajouté.

Ce discours est une réponse au président turc. Ces derniers mois, Recep Tayyip Erdogan a régulièrement évoqué une renégociation du traité de Lausanne qui définit les frontières entre les deux pays depuis 1923.

Et les incidents se sont multipliés. Il y a quelques jours, deux chasseurs turcs ont harcelé un hélicoptère grec qui survolait l’île de Rhodes, proche de la Turquie. A son bord, des hauts gradés de l’armée grecque. Deux militaires grecs sont également toujours détenus en Turquie, a rappelé Panos Kammenos. Ils avaient franchi la frontière par erreur, selon le gouvernement grec.

Un contentieux participe aux tensions. La justice grecque continue de refuser l’extradition de huit militaires turcs venus chercher l’asile en Grèce la nuit du coup d’État manqué. Les relations entre les deux pays se dégradent très nettement alors que la Grèce soutient traditionnellement l’accession de la Turquie à l’Union européenne. Le sujet figurera au menu de la rencontre ce lundi en Bulgarie entre Recep Tayyip Erdogan et les présidents de la Commission européenne et du Conseil européen, Jean-Claude Juncker et Donald Tusk

Laisser un commentaire