Gambie: Début d’arrestations dans les rangs des tueurs de Yahya Jammeh

Gambie

Le président gambien, Adama Barrow, n’a pas mis du temps à déterrer les dossiers criminels présentés sur sa table par « des familles de disparus et de personnes maltraitées et incarcérées de manière illégale » par l’ancien régime.

Quelques heures après le limogeage des anciens généraux proches du régime déchu de Banjul et soupçonnés d’avoir exécuté les basses missions de Yahya Jammeh, ce sont 8 soldats de l’équipe des Jungulars qui ont été arrêtés et présentés au procureur de Gambie.

Il sont soupçonnés avoir arrêté, séquestré et tué de nombreuses personnalités opposées à l’ancien président, His Excellency, Alahadji Doctor, Yahya Abdul Aziz James Junkung Jammeh, Babili Mansa, Naseeree Ding, le dernier roi de la Gambie.

Parmi les personnes arrêtées, il y a Louis Gomez, Saikou Omar Jeng le directeur exécutif de la NIA, Haruna Susso, Yusupha Jammeh, Lamin Lang Sanyang, Tamba Masireh, Lamin Darboe et Baboucarr Sallah. Ils ont tous été inculpés pour complot et écroués à la prison de Mile 2, un endroit qu’ils connaissent bien pour y avoir torturé et exécuté de nombreuses personnalités indexés par Yahya Jammeh.

Parmi ces personnes incarcérées à Mile 2 et qui ne risquent pas le dépaysement, il y a David Colley: L’ancien directeur de la prison mouroir de Yahya jammeh est depuis 48 derrière les barreaux et poursuivi pour des cas de tortures et de meurtres.

Comme ces militaires et hommes de main de l’ancien président gambien, un autre acteur très influent des « Jammeh Boy » est incarcéré depuis ce week-end: Suwandi Camara, un ancien proche de Charles Taylor a aussi longtemps travaillé pour « le dictateur du développement. » Interpellé avec Bubacaar Jarju, les deux hommes sont soupçonnés avoir fait disparaitre un homme d’affaire qui avait mailles a partir avec Yahya Jammeh.

Au sortir des premières interrogatoires subis, « tous ces hommes ont indiqué n’avoir exécuté que des ordres du president Yahya Jammeh. » Une défense toute simple qui ne les  excuse, pour autant, pas même si elle met Yahya Jammeh, directement, sous les feux des projecteurs de la justice gambienne.

Pour ne pas donner l’impression que la justice des vainqueurs est mise en branle, le ministre de l’intérieur comme celui de la justice ont indiqué que les pratiques de tortures et autres actes dégradants ne seront plus pratiqués en Gambie. Aussi, « l’impartialité de la justice sera effective » avait annoncé Maï Fatty, le ministre de l’intérieur, lors de sa tournée à Mile 2.

Pour le prendre au mot, les juges gambiens qui ont reçu Boubacar Njie, un militaire interpellé avec une arme par des soldats sénégalais de la CEDEAO autour de la grande mosquée de Banjul et alors que le nouveau président y était venu prier, a été remis en liberté.

Présenté comme voulant attenter à la vie du nouveau président, l’homme a été remis en liberté suite à l’enquête judiciaire ouverte par la police; investigations qui ont démontré que l’homme, comme tout militaire et paramilitaire gambien, avait juste gardé par dévers lui son arme de service et n’avait aucune intention d’attenter à la vie de quiconque.

PARTAGER
Article précédentUn homme abattu devant son domicile à Keur Mbaye Fall
Article suivantAbdoulaye Daouda Diallo a fixé la caution à 15 millions Fcfa
Babacar Touré
Journaliste d’investigation, Babacar Touré est le Directeur de Publication de www.kewoulo.info. Il a dirigé la publication de www.senenews.com et a été, tour à tour, directeur de publication de L’indépendant-hebdo, un journal d’investigation sénégalais. Diplômé en Sciences politiques à l’Université de Paris 8, Saint-Denis (France), ancien Reporter à la rédaction du Témoin puis à L’Obs, à Dakar, Correspondant à Paris de Sen-Tv et La Tribune, il a collaboré avec Le Courrier de Mantes -Les Yvelynes-, Le Républicain, -Essonne- en région parisienne. Livres Publiés: -«Cote d’Ivoire, violences d’une transition manquée» (L’Harmattan 2007), -« Le triomphe de l’imposture, Enquête sur l’énergie au Sénégal» (Paris Edilivres 2009)

Laisser un commentaire