Le FPI se montre rassurant sur le retour «visible» de Laurent Gbagbo

Le FPI se montre rassurant sur le retour «visible» de Laurent Gbagbo

« Nous ne sommes pas en opposition avec le gouvernement sur le retour de Laurent Gbagbo », a déclaré Koné Katinan, porte-parole de l’ex-président devant la presse, mercredi 9 juin, à Abidjan. Avec de nouveaux éléments de langage, le responsable en charge de la communication au sein du comité d’accueil a donné quelques détails sur les préparatifs. Il ne veut toujours pas d’un retour discret, mais d’un « retour visible ».

Le porte-parole a confirmé le 17 juin comme date de retour de Laurent Gbagbo. Son avion, un vol commercial, devrait se poser en milieu d’après-midi. Puis, il enchaîne sur le format du retour et dit souhaiter « un accueil visible ». « Ce que nous voulons, c’est que la Côte d’Ivoire soit en fête partout. Tout le monde n’est pas obligé de converger vers l’aéroport, mais quelques gens manifestent leur joie là où ils sont », expliquait hier Justin Koné Katinan.

À ce jour, nous n’avons aucune restriction de la part du gouvernement, informe Monsieur Katinan, précisant que le pouvoir reste un partenaire dans ces préparatifs. « Nous ne sommes pas en opposition. » L’ancien président rentre pour la paix et la réconciliation, a martelé l’orateur.

Depuis trente-six heures circule sur les réseaux sociaux la photo d’un billet d’avion au nom de Laurent Gbagbo et Nadiany Bamba sur le vol Brussels Airlines du 17 juin. Arrivée prévue en milieu d’après-midi. Date et horaire d’ailleurs confirmés hier mercredi par Justin Koné Katinan.

Le jour  approche et les discussions sur les modalités du retour avancent pour régler les « détails ». « À aucun moment, le dialogue n’a été rompu, les discussions se poursuivent », a déclaré hier le porte-parole du gouvernement, Amadou Coulibaly, à l’issue du Conseil des ministres, ajoutant qu’une nouvelle rencontre était prévue ce jeudi entre le ministre de l’Intérieur Diomande Vagondo, qui mène les discussions pour le compte du Premier ministre, et une délégation d’émissaires de Laurent Gbagbo.

Les deux parties ont mis de l’eau dans leur vin. On l’a vu côté FPI. Le gouvernement a, lui aussi, abandonné l’idée d’un accueil « discret ».

Source rfi

Laisser un commentaire