Crise de Nianao: La police nationale regrette l’incident et s’en lave les mains

Crise de Nianao: La police nationale

Les troubles à l’ordre public suivies par mort d’homme survenues, ce matin, à la frontière Sénégalo Bissau-guinéenne ne sont pas totalement réglées. Et la police sénégalaise -qui a un poste dans le secteur- ne veut pas être mêlée à ces regrettables incidents.

Si un calme apparent est revenu, ce soir, à la frontière Sud-Est du Sénégal avec l’intervention de militaires Bissau-guinéens pour doucher l’envie, de leurs populations, d’en découdre avec les douaniers sénégalais, les événements de ce matin ont gravement marqué les pèlerins, comme les autorités sénégalaises. La police nationale, par la voix du commissaire Tabara Ndiaye, chef du bureau des relations publiques, a tenu à se faire entendre auprès de la rédaction de Kewoulo.info

Dans un communiqué qui nous est parvenu, la police a tenu a faire savoir « à la population en général et à la presse, en particulier, qu’elle n’est ni de près ni de loin mêlée à cet événement malheureux. » Aussi, les services de l’inspecteur général de la police, Oumar Maal, ont tenu à faire savoir que « il n’y a jamais eu de conjugaison d’efforts entre elle et les autres services de sécurité dans ce secteur« .

Afin qu’aucune amalgame ne soit possible, les services du directeur général de la police nationale, l’inspecteur général Oumar Maal, ont déclaré que « aucune patrouille mixte impliquant la police -avec les douaniers, NDLR- n’y a été déployée. » Comme tous les autres services à la frontières, les policiers en poste dans le secteur ont, avec tristesse, assisté à cette scène.

Laisser un commentaire