Exclusif: “Le Sénégal garde secrète l’existence d’un fils de Aline Sitöé Diatta né à l’exil” Bruno Diatta

C’est une information Kéwoulo et elle risque de beaucoup faire parler. Alors que le monde entier a cru avoir tout su de l’héroïne de Kabrousse que le Sénégal s’apprête à commémorer, en faisant rapatrier ses restes, voila que Kewoulo vient dé découvrir une page méconnue de l’histoire de la reine. En immersion à Nialou, dans le fief des Diatta, le premier journal d’investigation de l’Afrique a appris que celle dont on avait toujours parlé que de la fille -décédée depuis- aurait eu un fils caché. Et l’existence de ce garçon, né entre 1944 et 1945, serait un “secret d’Etat” géré entre la France, le Sénégal et les Usa où vivrait le pince héritier.

Si pour le gouvernement sénégalais “Aline Sitöé Diatta de Kabrousse est décédée le 22 mai 1944 et a été enterrée le 26 mai 1944 des suites de maladies“, pour Bruno Mouhamed Diatta, l’un des ses neveux et aujourd’hui gardien des traditions, “la reine n’est pas morte. Elle a subitement disparu, à la fin de sa mission, comme El’hadji Oumar Tall dans les falaises de Bandiagara.” Si la vie de cette jeune dame, partie de Kabrousse pour gagner son pain dans les maisons de privilégiés de Rufisque, a été un mythe, les conditions de sa fin de vie, elles, restent encore un mystère. Et bien que son nom continue de résonner dans toute la Casamance, peu de Sénégalais raisonnent sur le devenir de cette femme ordinaire choisit par Dieu et les ancêtres pour accomplir des miracles. Et son héritage continue de diviser jusque dans sa famille où, la peur de représailles pousse certains à exiger qu’on la laisse reposer pour toujours.

Alors que Abdoulaye Diop, le ministre de la culture, s’apprête à commémorer Aline Sitöé Diatta et “pour lui rendre la place qu’elle mérite dans le panthéon des grands hommes du Sénégal”, en faisant rapatrier ce qui reste d’une tombe qui serait identifiée à Tombouctou -au Mali- la comme sienne, à Kabrousse on est pas du tout emballé par cette décision d’exhumation de l’Etat. Pour Bruno Mouhamed Diatta, il est impensable de faire rentrer cette idée dans la tête des gens ici. “Parce que en pays Diola on ne dérange pas les morts. On les laisse se reposer pour l’éternité. La question de l’exhumation de la reine avait été évoquée par l’ancien président Abdou Diouf. Et Alou Guèye Diatta, le mari de la reine, s’était opposé à cette idée. Un corps humain est sacré. Et chez nous, on ne déterre pas un cadavre.” A fait savoir Bruno Mouhamed Diatta. S’il n’y avait que cela comme blocage, ç’aurait déjà été de trop. Mais, il se trouve aussi qu’à Kabrousse tout le monde est convaincu que la reine n’est pas morte: donc, il ne peut y avoir de tombe lui appartenant.

Pourtant, le ministre de la culture, avec qui Kewoulo s’était entretenu, de manière informelle sur la question, est catégorique. “Nous avons mené des enquêtes. Nous avons eu de nombreux témoignages de sources formelles du passage de Aline Sitöé à Tombouctou. C’est là bas qu’elle est décédée et a été enterrée sur place. Aujourd’hui, c’est une décision de l’Etat que de rapatrier ses restes au Sénégal.” Avait fait savoir M. Abdoulaye Diop. Pas du tout emballé par cette démarche, Mamadou Nkrumah Sané, le secrétaire général du MFDC, croit savoir que “le gouvernement s’est lourdement trompé sur ce point.” Pour lui qui a fait de longues recherches sur le sujet Aline Sitöé, “la tombe que l’Etat croit avoir identifiée comme de Aline Sitöé appartient à Mme Badji, une résistante de Fogny exilée à Tombouctou. Elle était là, laissée en liberté dans le cercle Mess des officiers de l’armée française à Tombouctou. Elle y était avant même l’arrivée Aline Sitöé Diatta.” A en croire Mamadou Nkrumah Sané, “c’est en novembre 1946 que Aline Sitöé Diatta qui venait d’être libérée de la prison de Kayes, avec son mari Alou Guèye Diatta, a été transférée à Tombouctou.”

Pour le patriarche casamançais, contrairement au récit de Bruno Mouhamed Diatta qui a déclaré que “la reine a fait bloquer le moteur de l’avion qui devait transporter Alou Guèye  Diatta pour obliger les colons a libérer son mari“, Alou Guèye Diatta a été arrêté en même temps que la reine et emprisonné un temps à Ziguinchor avant d’être transféré à Saint Louis, ensuite tous les prisonniers ont été ventilés vers la prison de Kayes via Tambacounda. C’est après un jugement du tribunal militaire de Saint-Louis, verdict rendu en juin 1943, que le couple qui avait été séparé suite à son arrestation dans la nuit du 28 AU 29 janvier 1943 a été réuni. Dans la prison de Kayes. “C’est là, dans cette pison où ils ont été remis ensemble, qu’ils ont conçu un enfant de sexe masculin. Avec l’Abbé Diamacoune nous sommes au courant de l’existence de ce garçon. Mais nous ne savons rien de lui.” A témoigné Mamadou Nkrumah Sané.

Contrairement à Nkrumah Sané, Bruno Mouhamed Diatta -que Kéwoulo a retrouvé à Nialou- a déclaré avoir vu cet enfant -devenu un homme- qui serait revenu, plus tard, à Kabrousse voir son père, Alou Guèye. “Avec le sous-préfet de Kabrousse comme avec les consuls des Usa, à Dakar, nous nous sommes beaucoup entretenus sur le dossier de ce prince du Kassa. Mais, je ne pourrais pas vous en dire plus. C’est un secret d’Etat.” A fait savoir Bruno Mouhamed Diatta. A l’en croire, ce prince caché serait, aussi, venu se faire établir des papiers sénégalais.

Connue pour être la faiseuse de miracles, celle qui faisait venir la pluie et assurait de bonnes récoltes dans tout le Kassa,  Aline Sitöé Diatta est, aussi, celle qui a fait venir le malheur dans les foyers. “A force de déconseiller la culture de l’arachide, que les Français nous imposaient, à force de prôner la désobéissance dans auprès de ses disciples, elle a fini par se retrouver dans le viseur des Blancs. Et, avec elle, tout le village avec. C’est ainsi que, lorsqu’ils sont arrivés ici, en janvier 1943, les militaires -qui croyaient l’avoir aperçu à une des fenêtres de la maison de Alou Guèye- ont directement tiré sur la cible. Malheureusement, pour eux, c’est sa coépouse qu’ils ont tué.” A fait savoir Bruno Diatta.  C’est à cause de cet événement tragique, suivi de l’emprisonnement de plus de 65 personnes originaire des départements Ziguinchor, de Oussouye et de Bignona -dont Alou Guèye lui-même-, son mari n’a plus voulu que l’on évoque le souvenir d’Aline Sitöé ici. Avant Alou Guèye, c’est le père de sa fille ainée Seynabou Gnawless Diatta, qui aurait fui la reine “parce qu’il avait vu qu’il y avait une force mystérieuse qui se dégageait de cette femme. Une chaleur que lui ne pouvait supporter.

C’est ce qui explique, en partie, pourquoi l’histoire d’Aline Sitöé Diatta est peu à peu tombée dans l’oubli. C’est à cause de cela que, à Kabrousse dans son village natal, seule un petite case construite par Samuel Diatta tente de tenir tête à la volonté de Alou Guèye de faire oublier son épouse. “Il ne faut pas oublier que lorsque les survivants ont été libérés, en 1946 avec Alou Guèye Diatta, ce sont ses propres parents qui ont demandé à ce que Aline Sitöé ne soit pas autorisée à revenir à Kabrousse. A cette période, ses fidèles étaient encore très nombreux. Et ils étaient décidés à revoir leur prêtresse. C’est pour éviter que des troubles ne naissent, à nouveau, en Casamance que ses parents ont demandé qu’elle soit maintenue loin de Kabrousse. Voila pourquoi elle a été conduite à Tombouctou. Il faut savoir qu’on parle de la période d’avant l’indépendance, le Sénégal n’y a rien à voir. C’est une affaire entre la France et nous.

Laisser un commentaire