En Birmanie, le pape François évoque les Rohingyas mais sans prononcer leur nom

En Birmanie, le pape François évoque les Rohingyas mais sans prononcer leur nom

0

Dans son discours, le souverain pontife a cependant demandé  » le respect de tout groupe ethnique et de son identité. » Le mot « tabou » n’a pas été prononcé. Lors de sa rencontre avec la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi en Birmanie ce mardi 28 novembre, le pape François a soigneusement évité d’employer le nom « Rohingyas », comme le lui avait conseillé son entourage.

Devant la dirigeante birmane Aung San Suu Kyi et les autorités civiles, le chef de l’Eglise catholique a affirmé que l’avenir de la Birmanie passait par « une paix fondée (…) sur le respect de tout groupe ethnique et de son identité », sans désigner spécifiquement les Rohingyas, comme il l’a fait à plusieurs reprises depuis le début de la crise.
Mais si le terme offensant pour les autorités birmanes n’a jamais été clairement dit, le pape François n’en a pas moins évoqué en filigrane la crise qui frappe actuellement le pays et défendu la tolérance envers la pluralité des cultes: « Les religions peuvent jouer un rôle significatif dans la guérison des blessures émotionnelles, spirituelles et psychologiques de ceux qui ont souffert durant les années de conflit ». Il a aussi appelé à un « engagement pour la justice » et un « respect des droits de l’homme ».

En taisant le terme de « Rohingyas », mais en évitant également celui « musulmans de l’État Rahkine », que souhaiterait imposer la dirigeante birmane, le pape François joue donc la carte de la neutralité. Auparavant, il n’avait cependant pas hésité à prendre faits et causes pour ses « frères Rohingyas ».

Après l’allocution du pape, Aung San Suu Kyi s’est engagée à protéger les droits et à promouvoir la tolérance « pour tous ». « Notre gouvernement a pour objectif de faire ressortir la beauté de notre diversité et à la renforcer, en protégeant les droits, en encourageant la tolérance et en garantissant la sécurité pour tous », a-t-elle déclaré.
Mais cette déclaration pourrait ne pas suffire à réhabiliter l’image du prix Nobel de la Paix, qui a été vivement critiquée depuis le début de la crise pour son manque d’empathie et de réactions face aux exactions commises par l’armée à l’encontre de la minorité musulmane.

Laisser un commentaire