Affaire Karim Wade : Diouf Sarr « recadre » Me Amadou Sall

Affaire Karim Wade

Dans l’après-midi du jeudi 15 novembre 2018, la convergence des cadres républicains avec à sa tête le ministre Abdoulaye Diouf Sarr a « classé » de côté la décision du comité des droits de l’homme des nations-unies et estime que « c’est une erreur de dire que le Sénégal a été condamné ».

Cette rencontre avec les journalistes avaient essentiellement pour objet d’éclaircir la lanterne des sénégalais à propos du rapport de ce comité sur l’affaire Karim Wade dans la traque des biens mal acquis.

A l’entame du communiqué, le coordonnateur national de la convergence des cadres républicains a tenu à rappeler que le comité des droits de l’homme est un organe de surveillance et « les recommandations faites sur l’affaire Karim Wade n’ont pas de valeur contraignantes ».

Sur ce, il ajoute le « Sénégal n’a pas été condamné par le comité des droits de l’homme et que seule une juridiction a le pouvoir de condamner ». Donc, la condamnation n’a pas sa place pour évoquer les recommandations de ce comité. Ce qui revient à dire que le comité des droits de l’homme n’est pas une instance juridictionnelle. Conclusion, ses décisions ne s’imposent pas en droit.

De leur côté, les cadres républicains aperçoivent cette publication et commentaire de Me Amadou Sall comme étant « une malhonnêteté intellectuelle ». Selon toujours les cadres « il s’agit d’une stratégie d’embrouillement orchestrée par les amis et alliés de Karim Wade ».

Laisser un commentaire