Libye: Le calvaire des enfants migrants pointé dans un rapport d’Unicef

    Le calvaire

    Dans son rapport de février 2017, l’Unicef est revenu sur les périlleux trajets entrepris par les enfants pour échapper à la misère de leur pays d’origine et tenter de rejoindre l’Europe. Presque tous transitent par la Libye, décrite comme un enfer.

    « C’est grâce à Dieu si j’ai survécu dans le désert, sans eau, sans nourriture, sans rien. Le gars assis à côté de moi pendant le voyage n’a pas eu cette chance. Quand quelqu’un meurt dans le désert, on jette son corps et on le laisse là où il est. C’est tout. Cela fait sept mois que je suis ici [dans un centre de détention en Libye]. On nous traite comme du bétail. On nous frappe, on ne nous donne ni de nourriture correcte, ni d’eau de bonne qualité. (…) Il y a tant de personnes qui meurent ici… »

    Jon [le prénom a été changé] est nigérien, il a 15 ans. Actuellement retenu en Libye dans un centre de rétention. Son témoignage, recueilli par l’Unicef, ressemble à des centaines d’autres. À l’instar de ce jeune nigérien, des milliers d’enfants sont arrivés, parfois seuls, sans leurs parents, en Libye en 2016. Presque tous ont croupi ou croupissent encore dans des lieux d’infamie, des « camps de travail forcé » gérés par des milices armées, où les conditions sanitaires sont déplorables. Il en existe 34 sur le territoire libyen, selon le décompte de l’Unicef. Dans tous ces lieux, pas le moindre traitement de faveur n’est accordé aux mineurs qui partagent les cellules avec des adultes.

    La plupart des enfants, en particulier les filles, ont affirmé aussi avoir été battus, violés  par des adultes. « Ils nous ont arrêtés et emmenés à la prison de Zawia. Nous n’avions ni nourriture, ni eau. Ils nous frappaient tous les jours. Il n’y avait pas de médecin, pas de médicament », a raconté une fillette nigérienne de 9 ans. Au moment de l’enquête, 256 000 migrants étaient enregistrés en Libye, dont 30 803 femmes et 23 102 enfants.

    Laisser un commentaire