Tuerie de Boffa : le principal commanditaire arrêté et placé sous mandat de dépôt

    On n’en sait un peu plus sur les auteurs de la tuerie de Boffa et leurs intentions. En Effet, selon le Procureur de la République prés le Tribunal de Grande instance de Ziguinchor qui s’exprimait ce matin, au cours d’un point de presse, c’est un acte prémédité.

    «L’attaque est survenue une semaine après la libération de quatre personnes qui été arrêtées et emprisonnées pour un mois, suite à une enquête pour coups et blessures volontaires. Cependant, dit-il, l’enquête menée par la gendarmerie nationale sous la conduite du Procureur de la République a pris très vite, une tournure difficile. Elle a menée vers des pistes qui convergent toutes vers des cartons de la localité et d’un cantonnement d’une faction. Les premières auditions réalisées et les données saisies ont donné une tournure décisive à l’enquête. Il résulte de certaines déclarations que l’attaque du 10 janvier 2018 a été planifiée par une personne dont nous tairons le nom, pour le compte de deux villages de la localité», révèle-t-il d’emblée.

    En effet, d’après lui, il ressort des investigations aussi, que «la décision est sortie lors d’une réunion et l’opération a été menée par des populations de cette localité et un renfort d’hommes sous les ordres d’un lieutenant d’une faction du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (Mfdc) qui s’est déplacé spécialement pour l’exécution de la sentence. Une partie des armes, munitions et tenues serait venue des bases d’un front et le reste de la logistique était détenue par des personnes de la localité».

    Ainsi, ajoute Alioune Abdoulaye Sylla, «les interpellations effectuées par la Section de recherche, par l’aide du Gign ont permis l’arrestation de plus d’une vingtaine de personnes. Mais aussi, d’identifier, d’arrêter et de garder à vue celui qui aurait planifié toute l’opération et 15 autres personnes qui auraient pris une part active dans les faits. Après leurs auditions, neuf d’entre eux ont été libérées, faute de charges suffisantes pour leur inculpation.

    Huit chefs d’accusation pèsent sur le dos des personnes qui ont été par la suite, après consultation du juge d’instruction, placées sous mandat de dépôt. Elles sont poursuivies pour vols en réunion, association de malfaiteurs, assassinat, appartenance à un mouvement insurrectionnel, détention d’armes sans autorisation, tentatives d’assassinats, , coups et blessures volontaires, entre autres. L’enquête suit toujours sont cours».

    Laisser un commentaire