Ziguinchor: Le manque d’éclairage dans un certains quartiers créé le phénomène des agresseurs

Ziguinchor: Le manque d'éclairage dans un certains

0

Les populations de Ziguinchor sont dans le désarroi. Face à la multiplication des coupures de courant et le manque d’éclairage public dans certains quartiers de la ville, la capitale du Sud tremble. Au delà des accidents ordinaires causés par l’obscurité, c’est la naissance du phénomène des agresseurs qui inquiète les populations.

Bien que considérée par la rumeur populaire -surtout à Dakar- comme « une ville dangereuse », à cause, notamment, de la rébellion qui mine la Casamance depuis 1982, la ville de Ziguinchor est restée l’une des seules capitale régionales du Sénégal où des cas de viols, de meurtre, d’agression ou de vol avec violence sont rares. Cette harmonie et ce respect de l’autre et de ses biens, inclus dans l’ADN des casamançais, sont en train de disparaitre. Et cette situation interpelle les populations.

A l’origine de ces changements de comportements, l’absence totale ou partielle de l’éclairage sur l’espace public. Et ce règne des ténèbres, dans cette ville qui a longtemps été livrée aux désidératas des bandes de pilleurs de boutiques, a facilité l’installation de nouveaux délinquants, dans la ville. A Boucotte, Lyndiane et Soucoupapaye, si on ne note pas encore de grands actes de banditisme, des cas de vols à l’arrachée comme des agressions à l’arme blanche sont signalées un peu partout dans les quartiers.

Et, petit à petit, le sentiment de vulnérabilité est en train de s’installer dans la population poussant certains à vouloir mettre en place des comités d’auto défense. Pour la plupart des Ziguinchorois, « le phénomène s’est accentuée depuis que la ville a commencé à accueillir des gens venus de partout et qui ont commencé à s’installer dans les nouveaux quartiers comme le 54m, surtout pour la cueillette et la vente des noix d’acajou. » Désormais, personne ne connait plus personne. Et cela facilite les agressions.

Si certains n’hésitent pas à indexer Abdoulaye Baldé, le maire de la ville, comme le premier responsable de l’installation de ces étrangers, surtout indiens, Nigérians, Ghanéens, Sierra Léonais; d’autres pensent que « c’est le fonctionnement du monde qui ne permet plus à Ziguinchor, une ville carrefour, de rester cloitrée sur elle-même. Et être à l’abri de ces phénomènes connus ailleurs. »

Quoi qu’il en soit, tous sont unanimes à reconnaitre que « le bilan catastrophique d’Abdoulaye Baldé, à la tête de la mairie depuis 2009, est à l’origine de la dégradation de l’éclairage public. » En conséquence, le patron de l’UCS est responsable du sentiment de vulnérabilité qui gagne les populations.

 Avec Samboudiang Sakho

Envoyé Spécial à Ziguinchor

Laisser un commentaire