Licences MVNO: La capitale sénégalaise a reçu les acteurs des télécoms africains

Licences MVNO: La capitale sénégalaise a reçu

0

En perspective de la conférence mondiale des Radiocommunications de 2019, les acteurs télécom d’Afrique se sont donnés rendez-vous à Dakar pour harmoniser leurs positions.

Cette rencontre qui a réuni l’ensemble des autorités et institutions en charge de la gestion et du management en Afrique, est une occasion de négocier et d’examiner la gestion du spectre des fréquences radioélectriques et des orbites de satellite à l’échelle mondiale. En vue de la conférence mondiale des Radiocommunications qui auront lieu en 2019, les acteurs télécom d’Afrique se sont donnés rendez-vous à Dakar pour harmoniser leurs positions.

Selon Abdou Karim Sall, le Directeur général des Autorités de Régulation des télécommunications et Postes, « cette deuxième rencontre a pour but de préparer de préparer la CMR 19, la Conférence mondiale des radiocommunications qui se tiendra du 28 octobre au 28 novembre 2019. En effet, cette rencontre nécessite que les pays africains harmonisent leurs positions. Quant à la gestion et l’organisation des fréquences radioélectriques mais également les orbites des satellites qu’ils soient stationnaires ou non stationnaires. »
Poursuivant, il a annoncé que «les services des radiocommunications que ce soit le service mobile, que ce soit le service de radio diffusion, que ce soit les services de radio satellites, que se soit les services maritimes ont des besoins sans cesse croissant en matière d’utilisation des ressources de croissance. Donc, il est important qu’à chaque fois, c’est-à-dire au bout de deux ans ou trois ans, que ceux qui ont en charge d’organiser la gestion des fréquences organisent ce qu’on appelle la conférence mondiale des radiocommunications pour statuer, pour regarder, pour modifier les règles des radiocommunications» avait déclaré le Dg de l’Artp face à la presse ce lundi 11 septembre.

A en croire les acteurs des télécoms africains, ls fréquences sont des ressources qui ne sont pas extensibles à l’infinie. Ceux qui ont en charge la gestion de ces ressources doivent avoir une planification, une gestion rigoureuse pour qu’ils ne soient pas pris au dépourvu lorsqu’il s’agit de faire face à de nouvelles demandes ou de nouveaux besoins.

Ainsi, le Sénégal, à travers l’Autorité de régulation qui a en charge de gérer cet aspect, travaille au quotidien dans la planification et dans la fréquence des ressources en fréquence qui lui ont été confié par l’Etat du Sénégal.

 

En ce qui concerne les licences MVNO, l’ARTP et le ministère du secteur qui avaient initié cette demande pour que le Sénégal puisse accueillir trois nouveaux Mvno, dont le processus devait être purifié par l’Artp a été piloté de bout en bout. Il faut noter comme le précise le code des télécommunications, quand il s’agit d’attribuer des licences, il est prévu qu’une commission soit mise en place, laquelle commission est composée d’un représentant de la présidence de la République, d’un représentant de la primature, d’un représentant du ministère des télécommunications, et c’est cette commission qui a travaillé pour libérer les contributions provisoires.

Sur ce, Abdou Karim Sall poursuit, «l’un des postulants avait estimé être laisé dans le processus et il a ben saisi l’Armp comme le lui permet la loi et l’Armp a tranché en faveur de ceux-là qui ont piloté ce processus. La DSMP après avoir donné son avis de non objection sur tout le processus a fini de clarifier cette situation et aujourd’hui, l’Armp a levé la suspension pour que nous puissions continuer librement le processus d’attribution définitive qui permettra à notre pays d’accueillir trois nouveaux opérateurs mobils virtuels qui seront adossé respectivement sur les trois opérateurs Sonatel, Tigo et Expresso».

Laisser un commentaire