Urgent: Oumar Ampoi Bodian, le porte parole du MFDC ceuilli par le GIGN

    Urgent: Oumar Ampoi Bodian,

    Après les placements tous azimuts sous mandat de dépôt des 16 personnes inculpées hier dans le cadre de l’enquête ouverte par la gendarmerie sur les tueries de la forêt des Bayottes, les enquêteurs sont sur le pied de guerre en Casamance. Ce matin, tôt dans la matinée, c’est une escouade de gendarmes encagoulés qui a bouclé le quartier de Lyndiane. Dans leur viseur, se trouve Oumar Ampoi Bodian, le chargé de mission et porte parole autoproclammé du MFDC.

    Les gendarmes ont mis en place un impressionnant dispositif sécuritaire pour procéder à l’interpellation du suspect. Sous la conduite du lieutenant-colonel Issa Diack, chef de la Section de recherches, ils ont quadrillé le quartier avant de pénétrer dans la maison. Cagoulés et lourdement armés, ils ont pris le contrôle de tous les bâtiments de la concession.

    Nos sources renseignent que les deux frères aînés d’Ampoï Bodian ont été les premiers neutralisés et installés au milieu de la cour, sous bonne garde. Le chef de la Section de recherches décline alors son identité et informe les deux quadragénaires de l’objet de la descente. Une fouille minutieuse est alors entamée par les gendarmes habillés en civil.

    Le chargé de mission du Mdfc était abrité dans un bâtiment de trois pièces. Sous l’injonction du colonel Diack, il ouvre la porte métallique et laisse entrer les gendarmes. Ces derniers, pendant 45 minutes, passent au peigne fin les chambres de la bâtisse. L’opération a duré 45 minutes et s’est déroulée sous les yeux d’Oumar Ampoï Bodian.

    À 6 h 45, le détachement d’une trentaine d’éléments se retire pour embarquer, avec l’élément du Mfdc, à bord des gros véhicules blindés qui attendaient à l’angle de la rue avant de démarrer en trombe vers une destination inconnue.

    Des documents et des téléphones portables, dont le nombre n’est pas précisé, ont été emportés par les pandores. Les témoins contactés par Seneweb confient avoir été impressionnés par la méthode et la rapidité avec laquelle les gendarmes ont agi. Signalant qu’aucune brutalité n’a été commise lors de cette opération.

    L’arrestation d’Oumar Ampoï Bodian survient après celle de 22 autres personnes soupçonnées d’avoir joué un rôle dans la tuerie de Boffa. Seize de ces suspects ont été placés sous mandat de dépôt et les quatre libérés.

     

    Laisser un commentaire