Urgent: Abou Mouhamed Ndiaye condamné à 10 ans de prison pour le viol de la petite sénégalaise de la Mecque

Le tribunal des flagrants délits de Dakar vient statuer sur le sort de la petite sénégalaise violée à la Mecque, en Arabie Saoudite. Alors que le consul général du Sénégal à Djeddah avait crié à la cabale, tenté d’intimider les victimes et joué de tout son poids pour faire décourager la maman qui voulait porter plainte contre le violeur de sa fille, le tribunal des flagrants délits de Dakar vient de donner raison aux plaignantes: Abou Mouhamed Ndiaye est reconnu coupable de pédophilie et est condamné à 10 ans de prison ferme.

L’affaire des viols répétés, sur une gamine sénégalaise à la Mecque, révélée par Kéwoulo et que Aboubakar Sarr, le consul général du Sénégal à Djeddah soutenu par sa chancellerie, avait tenté de faire taire a finalement été jugée par la justice sénégalaise. Ce vendredi 5 février, venu de son Waalo natal, puisqu’il a comparu libre, Abou Mouhamed Ndiaye s’est présenté devant les juges. Et devant ses victimes. Compte tenu de l’âge de la victime -11 ans-, le tribunal avait, au préalable, demandé à ce que les débats d’audience se déroulent à huis-clos. Et dès l’entame du dossier, Abou Mouhamed Ndiaye, qui jurait être victime d’une machination, a laissé entendre que «cette affaire a été montée de toutes pièces par une maman revancharde soutenue par Kewoulo.»

Avant ce premier et dernier face-à-face, Abou Mouhamed Ndiaye et ses avocats s’étaient débrouillés pour se présenter seuls au premier jugement. Alors que la plaignante et la victime des sévices sexuels sont à Dakar, le tribunal a rendu son premier jugement sans les entendre. “On ne sait pas ce qui s’est passé, mais un dysfonctionnement a été noté au niveau du tribunal. L’affaire a été renvoyée à 3 reprises. Et, jamais les plaignantes n’étaient venues à la barre, parce-que tout simplement on ne leur avait pas donné leurs convocations. Et au 3ème renvoi, l’affaire a été vidée de manière contradictoire entre le parquet et le plaignant, entouré de ses avocats, dont Me Yaré Fall.” S’est justifiée une source judiciaire interrogée par Kéwoulo. N’ayant personne en face pour le contredire et raconter ce qui s’est réellement passé dans l’intimité de cette “villa maudite” de la Mecque, Abdou Mouhamed Ndiaye a été simplement relaxé, après presque un mois de détention. Et s’est débrouillé pour ne pas faire de bruits.

Mais, c’était compter sans les sources de renseignement de Kéwoulo tapis jusqu’au fin fond du Waalo. Informé de cette situation d’impunité, Kéwoulo a pris les attaches de l’avocat, Me Clédor Ciré Ly, pour qu’il se constitue pour la maman démunie. Et fasse opposition du premier jugement. “On était à 72 heures de la forclusion du dossier. Normalement, après le rendu du verdict, la justice devait notifier sa décision aux parties. Et à partir de cette notification commence à courir le délai de 30 jours. Si, au bout de ces 30 jours, personne ne fait appel, alors la décision devenait irrévocable.” A fait savoir Me Clédor Ciré Ly. Mis face à ce chronomètre, l’avocat s’est battu de toutes ses forces pour déposer ses conclusions à temps. C’est ainsi que les impairs du tribunal ont été rattrapés. Et l’honneur de la justice sénégalaise sauvée. Par la suite, Abou Mouhamed Ndiaye a été représenté devant le tribunal des flagrants délits, ce vendredi 5 février 2021, assisté de Me Amadou Sall, l’ancien ministre de la justice.

Contrairement à la première audience, cette fois-ci la petite mécquoise était là. Et forte de sa petite voix,  pleurant à certains moments de son récit, tremblant quand elle entend la voix d’Abou Ndiaye. Mais, terriblement cohérente dans son récit, elle a expliqué au juge comment ce gaillard de 31 ans a abusé d’elle. Pendant 3 ans. Avec le détail du témoin oculaire puisque victime directe, elle a décrit à la manière d’un orfèvre comment cet homme à qui leur mère les confiait, quand elle allait chercher leur pitance, l’a initié -malgré elle- à toutes sortes d’actes sexuels sordides. Rien n’a été omis, obligeant le tribunal à retenir son souffle. Choqués d’entendre ces détails ignobles sortir de la bouche d’une gamine, les juges sont restés estomaqués.

Et, aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la mère a fait savoir au tribunal qu’elle ne réclamait aucun dédommagement de la part de cet homme pour qui, elle et ses enfants, n’ont que du dégoût. Convaincu de la culpabilité du prévenu, le procureur a réclamé une peine de 10 ans de prison. C’est ainsi que, rendant son verdict, ce vendredi 12 février 2021, le tribunal des flagrants délits de Dakar a reconnu Abou Mouhamed Ndiaye coupable de pédophilie et de viols répétés. Et l’a condamné à 10 de prison ferme. Aussi, les juges ont décerné un mandat d’arrêt à son encontre.

Laisser un commentaire